AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Frédéric Talgorn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chris1770



Messages : 155
Date d'inscription : 07/07/2008
Localisation : Suisse

MessageSujet: Frédéric Talgorn   Dim 13 Juil - 22:38

Taboulez a écrit:
[...]Talgorn c'est un sujet à controverse Very Happy .
Le hasard a fait qu'il a débuté chez les américains (ça se sent clairement) et n'est revenu en France que depuis quelques années.
C'est un compositeur qui maîtrise, c'est clair ! Et en ce sens, certaines de ses BO sont un vrai bonheur à écouter, mais c'est tellement référencé qu'il serait très ardu d'identifier qu'il en est l'auteur !
Le meilleur exemple reste la toute récente BO d'Astérix. A d'innombrables reprises on jurerait que la partition a été écrite par John Williams Very Happy (rarement un compositeur a réussi à imiter ce style à ce degré là !). Du coup c'est très impressionnant, très bien orchestré, et le fan de Williams que je suis ne peut qu'y prendre du plaisir,... Mais c'est vrai, qu'à part les thèmes (qui appartiennent entièrement à Talgorn), on se dit que le plaisir provient davantage de Williams que de Talgorn. En tous cas, le moins que l'on puisse dire c'est que finalement, c'est pas souvent qu'un film français est doté d'une BO de ce type !
Du reste des travaux que je connais de lui, il y a "Anthony Zimmer", partition de remplacement, écrite dans l'urgence en une semaine (et malheureusement ça se sent), ou "Molière" (à tendance un peu trop "classico-baroque" pour moi).
Ce que j'ai entendu de meilleur reste surement "Heavy Metal 2000", superbe partition symphonique parfois très violente (et même carrément furieuse Very Happy), toujours mystérieuse, souvent dissonnante et parfois agrémentée d'effets contemporains du plus bel effet. C'est du grand spectacle (à l'hollywodienne) c'est clair, mais c'est fait avec maîtrise, et un vrai savoir-faire (qui me rappelle un peu le savoir faire d'un Robert Folk) à défaut d'une personnalité affirmée. Grande musique d'aventure mystérieuse, j'ai adoré Very Happy .
Mais tout de même, ce manque de personnalité propre est hyper dommage Neutral . Avec son savoir faire, un peu d'invention et quelques grammes de raffinement supplémentaire, il pourrait surement faire de grandes choses ce gars là, peut être même nous pondre sa Guerre du Feu à lui Very Happy . [...]

Source: http://frenchsoundtracks.phpbb9.com/general-f6/la-jeune-generation-t50.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stores.ebay.com/SuizoScore-Soundtrack-Store_W0QQcolZ4QQdi
Chris1770



Messages : 155
Date d'inscription : 07/07/2008
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Frédéric Talgorn   Dim 13 Juil - 23:18

J’ai suivi les travaux de Frédéric Talgorn depuis les années 90. Le premier BO que j’ai acheté c’était « RoboJox » ; peu après j’ai eu besoin de « Delta Force 2 » et « The Temp ». Si je regarde mon inventaire, il y a dans ma collection les éditions suivantes ;

- Le Brasier (Alhambra A 8939)
- Heavy Metal 2000 (Super Tracks Music FTCD-01 --- édition promotionnelle)
- Laisse Tes Mains Sur Mes Hanches (Capitol Music 7243 583867 2 1)
- RRRrrrr!!! (Chez Wamusic 981629-3) (2 CDs)
- Anthony Zimmer ( Milan/Victor 301 717-6)
- Les Aiguilles Rouges (Naïve Vision 3 298490 970010)

Il y vraiment très peu de BO de lui qui ne m’ont pas impressionné quelque part. Ce compositeur reste pour moi l’espoir la plus forte dans la scène de la musique de films.

Si je prends « Anthony Zimmer », dont je ne savais pas que Talgorn a du composer la musique dans un délai si court, cette musique, à mon avis, est très à la Bernard Herrmann, le romantique. Le score profite d’un thème très mémorable, mystérieux ,et en même temps profondément beau. J’admets qu’on peut critiquer le score d’être assez répétitif. Mais dans le film la musique est très élégante, elle est certainement efficace en rendant une sorte de crédibilité mystérieuse et romantique. Ce qu’on peut trouver aujourd’hui presque nulle part.

C’est vrai, quant à moi, Talgorn sait vraiment bien comment ses collègues composent. Si on écoute « RRRrrrr !!! » (je n’oserai pas d’aller voire le film qui me semble être d’une sorte humour que je ne partage pas tellement) on y trouve le style du vieux John Barry.

Le nouveau « Astérix » a été déjà discuté de la part de Taboulez, et je partage entièrement son opinion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stores.ebay.com/SuizoScore-Soundtrack-Store_W0QQcolZ4QQdi
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Frédéric Talgorn   Mar 10 Mar - 16:25

J'ai découvert son "Président" samedi soir et globalement ça ne m'a pas paru transcendental loin de là.

En fait, je peine à trouver la moindre influence française dans sa musique, j'ai l'impression d'une sorte de décalque de John Adams (pour les meilleurs moments) et surtout de Mark Snow : on croirait certains passages tout droit sortis d'un épisode d'X-Files. Décidément trop américain pour moi ce monsieur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
SUN'JA



Messages : 189
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Frédéric Talgorn   Mar 21 Sep - 22:24

Taboulez a écrit:
[...]Talgorn c'est un sujet à controverse Very Happy .
Le hasard a fait qu'il a débuté chez les américains (ça se sent clairement) et n'est revenu en France que depuis quelques années. C'est un compositeur qui maîtrise, c'est clair ! Et en ce sens, certaines de ses BO sont un vrai bonheur à écouter, mais c'est tellement référencé qu'il serait très ardu d'identifier qu'il en est l'auteur ! Le meilleur exemple reste la toute récente BO d'Astérix. A d'innombrables reprises on jurerait que la partition a été écrite par John Williams Very Happy (rarement un compositeur a réussi à imiter ce style à ce degré là !). Du coup c'est très impressionnant, très bien orchestré, et le fan de Williams que je suis ne peut qu'y prendre du plaisir,... Mais c'est vrai, qu'à part les thèmes (qui appartiennent entièrement à Talgorn), on se dit que le plaisir provient davantage de Williams que de Talgorn. En tous cas, le moins que l'on puisse dire c'est que finalement, c'est pas souvent qu'un film français est doté d'une BO de ce type !

Et tant mieux! Franchement,ce n'est pas ce que j'ai envie d'entendre sur des films français. Je tiens à ce que le cinéma français inspire aux compositeurs de l'hexagone autre chose que des ersatz de la musique hollywoodienne.Je ne vois pas ce qu'il y a de si impressionnant à faire du "Williams" sur un film français si ce n'est pas JOHN WILLIAMS lui-même.Personnellement,j'ai du mal à éprouver du plaisir à l'écoute de la musique,
aussi maîtrisée soit-elle,d'un compositeur impersonnel comme TALGORN. Mais,doit-il sûrement s'agir d'un plaisir coupable. Enfin,dans mon cas,
ce sont les personnalités fortes et vite identifiables qui rendent la musique fascinante et me plonger dans l'univers singulier d'un compositeur comme
PER NORGARD ou ALFRED SCHNITTKE,identifiables dès les premières notes,mesures,est le summum du plaisir. Les contrefaçons ne sont que
des contrefaçons qui ne servent qu'à nous égarer dans l'indulgence et l'excuse dès qu'elles appartiennent à une esthétique à laquelle nous sommes
particulièrement sensibles. Combien de fois on m'eut dit: << Ecoute cette musique,on dirait du "Morricone"! >> Ca ne m'a jamais intéressé car je
n'aime MORRICONE que par MORRICONE.
On peut aimer ou détester COULAIS,seulement il a son style propre,est très vite identifiable à mes oreilles, et je peux donc dire qu'il existe artistiquement. TALGORN n'existe pas artistiquement,en tout cas pas à mes oreilles, et il y a en musique trop de vraies personnalités pour perdre son temps avec un faiseur de l'acabit de TALGORN. Et franchement je n'ai pas envie que ce genre de faiseurs envahissent le cinéma français comme le cinéma hollywoodien l'est déjà d'une certaine façon et peut-être de pire façon encore. Parce que lorsque j'entends des musiques pompeuses
et impersonnelles,mal structurées,que je lis au dos du cd les noms d'une pléiade d'orchestrateurs,je me dis même que bientôt il y aura plus d'orchestrateurs pour orchestrer leur musique que de musiciens pour l'interpréter. Alors oui,TALGORN peut paraître un faiseur plus honnête et
correcte en comparaison,mais c'est tout et surtout ce n'est pas suffisant pour rendre sa musique de film intéressante. Wink Au moins,DE ROUBAIX, lorsqu'il intervenait sur un film de ROBERT ENRICO ou de JOSE GIOVANNI,il l'enrichissait de sa patte sonore unique,ce qui m'incite à hurler haut et
fort qu'il vaudra toujours mieux une musique "imparfaite" mais personnelle à une musique "parfaite" mais impersonnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taboulez



Messages : 310
Date d'inscription : 02/07/2008
Age : 31

MessageSujet: Re: Frédéric Talgorn   Mer 22 Sep - 4:29

Janus a écrit:
Les contrefaçons ne sont que des contrefaçons qui ne servent qu'à nous égarer dans l'indulgence et l'excuse dès qu'elles appartiennent à une esthétique à laquelle nous sommes particulièrement sensibles. Combien de fois on m'eut dit: << Ecoute cette musique,on dirait du "Morricone"! >> Ça ne m'a jamais intéressé car je n'aime MORRICONE que par MORRICONE.
Je ne suis pas d'accord.
Si demain on m'annonçait que la Turangalîla Symphonie ne fut, en réalité, pas composée par Messiaen, mais par Tartenpion, un vulgaire imitateur du style Messiaen, je ne me mettrai pas, comme par enchantement, à ne plus aimer cette oeuvre (l'une des plus essentielles dans mon panthéon musical Very Happy): je demeurerais tout aussi dingue de cette musique, et c'est encore heureux !
Et surtout (surtout !), ça ne déparerait pas pour autant cette oeuvre de personnalité ni de caractère.
L'auteur, de même que la date me sont en réalité totalement secondaires (ce qui est bien naturel !), ce qui m'intéresse c'est la musique et la musique seulement. Le reste ne demeure que parasitages purement psychologiques, superflus et sans la moindre pertinence. Si demain, on m'annonçait qu'en réalité, le Prélude à l'Après Midi d'un Faune (autre oeuvre à laquelle je fais une place d'honneur) a été composé en 1992 (et non pas dans les années 1890), je l'aimerais toujours autant Very Happy. Ce serait totalement ridicule de ma part qu'à la lumière de révélations inattendues je me mette à soudain déconsidérer ces musiques que j'adore. Ce serait fou qu'une date ou un nom m'amène à réviser mon jugement ou attachement à un objet esthétique fabuleux en soi.

Janus a écrit:
Je ne vois pas ce qu'il y a de si impressionnant à faire du "Williams" si ce n'est pas JOHN WILLIAMS lui-même.
Ce qu'il y a d'impressionnant c'est tout simplement la démonstration formelle et l'enthousiasme qui est mis à l'ouvrage (ça se sent et c'est terriblement communicatif). Être admiratif de la solidité technique et de l'enthousiasme d'une partition, y a rien de plus légitime, et à vrai dire, y a rien de plus naturel... Surtout par les temps qui courent, où la médiocrité technique d'une part, ainsi que les langages minimalistes (donc terriblement vides et sans consistance) d'autres part, règnent sur la planète musique.

PS: Et aucun des américains petits bras auxquels tu fais allusion n'arrive à la cheville de Talgorn en terme de virtuosité formelle, ce qui change absolument tout du tout au tout Very Happy .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Frédéric Talgorn   Mer 22 Sep - 15:37

Taboulez a écrit:
Si demain, on m'annonçait qu'en réalité, le Prélude à l'Après Midi d'un Faune (autre oeuvre à laquelle je fais une place d'honneur) a été composé en 1992 (et non pas dans les années 1890), je l'aimerais toujours autant Very Happy. Ce serait totalement ridicule de ma part qu'à la lumière de révélations inattendues je me mette à soudain déconsidérer ces musiques que j'adore. Ce serait fou qu'une date ou un nom m'amène à réviser mon jugement ou attachement à un objet esthétique fabuleux en soi.
Certes mais le génie d'un morceau comme le "Faune" tient aussi au fait qu'il était totalement d'avant-garde à cette époque précise, seul Rimski, Ernest Fanelli (l'étrange et étonnant "Roman de la momie") et certaines mesures de Wagner pouvaient s'en rapprocher harmoniquement parlant.

J'ai longtemps adoré le groupe rock Bauhaus (1979 à nos jours) jusqu'au moment où je me suis aperçu qu'ils avaient quand même pompé pas mal dans le répertoire des années 70 du groupe psychédélique allemand Amon Düül II ("Yéti" et "Vive La Trance"), du coup ça tempère quand même pas mal l'enthousiasme de départ ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
Taboulez



Messages : 310
Date d'inscription : 02/07/2008
Age : 31

MessageSujet: Re: Frédéric Talgorn   Mer 22 Sep - 15:49

kfigaro a écrit:
Certes mais le génie d'un morceau comme le "Faune" tient aussi au fait qu'il était totalement d'avant-garde à cette époque précise
C'est précisément pour ça que je l'ai choisi comme parfait exemple. Pour signifier que quand on aime véritablement cette musique, et qu'elle parvient à nous émouvoir, ce n'est pas tant parce qu'elle est en pointe de son époque (ça ce n'est qu'une simple information, une anecdote), mais bel et bien pour la composition en elle même Wink .
Ça n'existe pas une émotion générée par une date (ou alors c'est carrément superficiel Very Happy ).
J'imagine déjà ça d'ici: si c'est marqué 1893 sur la notice du CD j'ai le droit de lâcher ma larme durant l'écoute, en revanche si c'est marqué 1982 (sur la notice de ce même CD) je reste stoïque... c'est ubuesque !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SUN'JA



Messages : 189
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Frédéric Talgorn   Mer 22 Sep - 18:46

Taboulez a écrit:
Janus a écrit:
Les contrefaçons ne sont que des contrefaçons qui ne servent qu'à nous égarer dans l'indulgence et l'excuse dès qu'elles appartiennent à une esthétique à laquelle nous sommes particulièrement sensibles. Combien de fois on m'eut dit: << Ecoute cette musique,on dirait du "Morricone"! >> Ça ne m'a jamais intéressé car je n'aime MORRICONE que par MORRICONE.
Je ne suis pas d'accord.
Si demain on m'annonçait que la Turangalîla Symphonie ne fut, en réalité, pas composée par Messiaen, mais par Tartenpion, un vulgaire imitateur du style Messiaen, je ne me mettrai pas, comme par enchantement, à ne plus aimer cette oeuvre (l'une des plus essentielles dans mon panthéon musical Very Happy): je demeurerais tout aussi dingue de cette musique, et c'est encore heureux !
Et surtout (surtout !), ça ne déparerait pas pour autant cette oeuvre de personnalité ni de caractère.
L'auteur, de même que la date me sont en réalité totalement secondaires (ce qui est bien naturel !), ce qui m'intéresse c'est la musique et la musique seulement. Le reste ne demeure que parasitages purement psychologiques, superflus et sans la moindre pertinence. Si demain, on m'annonçait qu'en réalité, le Prélude à l'Après Midi d'un Faune (autre oeuvre à laquelle je fais une place d'honneur) a été composé en 1992 (et non pas dans les années 1890), je l'aimerais toujours autant Very Happy. Ce serait totalement ridicule de ma part qu'à la lumière de révélations inattendues je me mette à soudain déconsidérer ces musiques que j'adore. Ce serait fou qu'une date ou un nom m'amène à réviser mon jugement ou attachement à un objet esthétique fabuleux en soi.

Janus a écrit:
Je ne vois pas ce qu'il y a de si impressionnant à faire du "Williams" si ce n'est pas JOHN WILLIAMS lui-même.
Ce qu'il y a d'impressionnant c'est tout simplement la démonstration formelle et l'enthousiasme qui est mis à l'ouvrage (ça se sent et c'est terriblement communicatif).

Pas avec moi car insuffisant surtout que la démonstration formelle et l'enthousiasme qui est mis à l'ouvrage,je les trouve chez beaucoup de compositeurs qui ont une véritable personnalité musicale,un style propre,certains ne travaillant pas forcément pour le cinéma,d'ailleurs.

Je ne sais pas pourquoi tu biaises toujours mon propos. Le problème n'est en rien une affaire de date,de ce qui a déjà été fait ou pas,c'est que
lorsque j'écoute une B.O. de TALGORN,notamment son navrant ASTERIX,je n'y entends qu'une série d'accords archi-rebattus,une musique impersonnelle qui lorgne indécemment du côté de WILLIAMS,jusqu'à en être un véritable calque sur tous les angles ou presque. Ce n'est franchement
pas ce que je me prends dans la figure à l'écoute d'oeuvres aussi personnalisées qu'UN APRES-MIDI D'UNE FAUNE et la TURANGALîLA
SYMPHONY! Là c'est davantage la forte personnalité musicale des deux compositeurs que je me prends en pleine figure et la différence est
énorme. Si franchement en découvrant la TURANGALÎLA je n'y avait entendu que du "Debussy",je n'aurai nullement conservé cette oeuvre puisqu'elle
ne m'aurait rien apporté de plus que ce que je connais déjà,puis surtout que je n'aurai pas découvert une personnalité musicale singulière en
OLIVIER MESSIAEN. Il aurait été d'un comble d'acheter du "Messiaen" et de n'y entendre que du "Debussy". Si je me suis intéressé à MESSIAEN
c'est dans l'espoir d'y découvrir des accords,des architectures,des combinaisons,autant d'éléments qui vont constituer la singularité de son approche
et je dois reconnaître que j'ai été comblé.
Lorsque je m'intéresse à un compositeur c'est pour découvrir son univers à lui,sa poétique,quelque chose de fort qui constitue son style propre,par lequel il peut être défini artistiquement. C'est plus que légitime! Moi aussi je suis admiratif de la solidité technique et de
l'enthousiasme d'une partition,mais chez un compositeur comme PER NORGARD qui,malgré les différentes influences que sa musique ait subies,
développe un modèle symphonique qui lui est propre. La nuance est grande.
Je ne reproche pas à TALGORN de ne pas avoir inventé le fil à couper le beurre,je lui reproche sa transparence stylistique et son inexistance en
tant qu'artiste. WILLIAMS est un artiste alors que TALGORN est un faiseur. PIERSANTI,non plus,n'a pas forcément inventé le fil a couper le beurre,
de plus auteur d'une oeuvre maîtrisée et rigoureuse techniquement il est davantage un continuateur qu'un avant-gardiste,n'empêche qu'au-delà de la rigueur technique et de l'enthousiasme,,il y a une véritable personnalité musicale,un style propre,qui fait la différence et rend ces caractéristiques (rigueur et enthousiasme) bien plus excitantes aux oreilles du modeste auditeur que je suis. J'adore,comme tu le sais la TURANGALÎLA SYMPHONIE et si il me venait à apprendre qu'un compositeur a fait exactement les mêmes recherches dix ans plus tôt,celà n'affectera en aucun cas mon plaisir à l'écoute de cette oeuvre puisque de toute façon l'inimitable personnalité musicale du compositeur français imprègne l'oeuvre de bout en bout.Wink
Lorsque j'ai écouté cette superbe composition pour la première fois,c'est un style unique et reconnaissable qui m'a jailli en pleine face. La Turangalîla
est tout de même une oeuvre très personnalisée par des éléments qui constituent lisiblement le style du compositeur,c'est indéniable. Elle ne pourrait
donc pas être écrite antérieurement par tartempion,en tout cas pas avec ce qui définit le style singulier de Messiaen.
J'étais jeune lorsque j'ai découvert RAN de TORU TAKEMITSU et le passage que j'appréciais le plus est le morceau mahlérien,ce qui n'a jamais
miné mon plaisir pour la bonne raison que la forte personnalité musicale transparaît nettement du morceau. Ce n'est pas du "Mahler" par
TAKEMITSU,mais du "Mahler" à la sauce takemitsuienne,Il y met au moins sa personnalité en plus,ce qui est la moindre des choses,exactement comme l'influence de MORRICONE dans IL GRANDE FAUSTO de FRANCO PIERSANTI. L'influence est incontestable et pourtant PIERSANTI y est aussitôt identifiable. La construction mélodique typiquement morriconienne devient très vite un thème typiquement piersantien. Very Happy Voilà toute la différence entre un véritable artiste et un véritable faiseur. Et je trouve tout à fait légitime et naturel de davantage focaliser sur ceux qui appartiennent à la première catégorie,qu'ils écrivent une musique impressionniste ou expressionniste ou même minimaliste,du moment qu'ils le font avec talent,rigueur et IMAGINATION. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taboulez



Messages : 310
Date d'inscription : 02/07/2008
Age : 31

MessageSujet: Re: Frédéric Talgorn   Mer 22 Sep - 19:42

Je n'ai rien biaisé du tout Wink . Tu évoquais les "contrefaçons", les "faussaires" ("je n'apprécie du Machin que lorsqu'il est fait par Machin" disais-tu), je me suis simplement permis de pousser le raisonnement tout au bout avec Tartenpion qui fait du Messiaen. Qu'il s'agisse d'une date ou du nom d'un compositeur, ce qui est écrit sur la notice du CD n'a aucune importance tant que la musique est de qualité, c'est le seul point où je voulais en venir.

Maintenant, ton dernier message s'écarte de beaucoup de la problématique des contrefaçons. Moi je ne désire que traiter de cette question, le reste est trop couru. Si tu veux m'entendre dire que Piersanti c'est bien, que Takemitsu c'est bien et que Norgard c'est bien, je vois pas trop l'intérêt Very Happy . J'admire énormément ces compositeurs et c'est pas trop le sujet à vrai dire.
Tu évoques les influences d'un compositeur sur un autre, les références, les recyclages imaginatifs, or ce n'est pas notre sujet que les simples "influences" (ça c'est un sujet trop courant)... Ce qui nous intéresse ici c'est de discuter le cas précis et bien typique des imitations en bonne et due forme, des "contrefaçons", sujet singulier s'il en est.
Or une oeuvre de John Williams a une certaine personnalité, ou du moins un certain caractère (plus ou moins affirmé selon les cas). Si on remplace un mot, un simple mot sur la pochette, à savoir son nom, et qu'on le substitue par celui de Talgorn, ça ne retire en rien le caractère de l'oeuvre en question. On s'en fout de ce qui est marqué sur la pochette Very Happy . Un bon "faussaire", hyper habile (pouvant parfois confiner à l'orfèvrerie) produit des oeuvres qui ont le même caractère que ce à quoi elles font référence, y a rien de bien sorcier à comprendre là dedans... C'est le principe même du "faussaire" ! Et ça mérite un certain respect (voir de l'admiration) lorsque l'objet à imiter réclame de la minutie, car le résultat est d'autant plus impressionnant.
J'avais pris l'exemple de la Turangalîla pour rendre plus évident encore la démonstration (et l'appliquer au cas d'un chef d'oeuvre), pas pour qu'on vienne rappeler des évidences aussi manifestes que "Astérix c'est beaucoup moins génial que la Turangalîla", ça je crois que personne viendra le contester Wink .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SUN'JA



Messages : 189
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Frédéric Talgorn   Mer 22 Sep - 20:42

Taboulez à écrit: <<Je n'ai rien biaisé du tout Wink . Tu évoquais les "contrefaçons", les "faussaires" ("je n'apprécie du Machin que lorsqu'il est fait par Machin" disais-tu), je me suis simplement permis de pousser le raisonnement tout au bout avec Tartenpion qui fait du Messiaen. Qu'il s'agisse d'une date ou du nom d'un compositeur, ce qui est écrit sur la notice du CD n'a aucune importance tant que la musique est de qualité >>

Sauf que je n'attends pas d'une musique qu'elle soit seulement de "qualité" (au sens où tu l'entends) mais j'attends surtout qu'elle soit intéressante
(au sens ou je l'entends) Very Happy Pas besoin de nom ni de date sur la notice d'un CD de CRIVELLI,je reconnais tout de suite,de toute façon. Very Happy Comme
la plupart pour ne pas dire tous les compositeurs que je vénère et qui,dès la première oeuvre m'ont révélé une approche stylée et singulière. Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taboulez



Messages : 310
Date d'inscription : 02/07/2008
Age : 31

MessageSujet: Re: Frédéric Talgorn   Mer 22 Sep - 21:02

SUN'JA a écrit:
Pas besoin de nom ni de date sur la notice d'un CD de CRIVELLI,je reconnais tout de suite,de toute façon. Very Happy
Bah non justement, si c'est Dupontelli, un vulgaire (mais très habile) imitateur de Crivelli qui a écrit le CD anonyme que tu écoutes, tu vas te faire leurrer (c'est le propre des faux Very Happy !)... et pourtant tu apprécieras quand même ! Ce qui, le cas échéant, voudrait bien signifier que les imitateurs ne te posent pas vraiment de problème dès lors que tu apprécies l'oeuvre.

Il faut donc que tu assumes une bonne fois que si tu n'aimes pas certaines oeuvres de Talgorn, ça n'a rien à voir avec le fait qu'elles soient terriblement référentielles. Si tu détestes Astérix, ce n'est pas parce que c'est une imitation de Williams, c'est tout simplement parce que tu trouves lamentable certaines facettes (pourtant assez virtuoses et parfaitement intègres) de la carrière de Williams. CQFD Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SUN'JA



Messages : 189
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Frédéric Talgorn   Mer 22 Sep - 23:56

Taboulez a écrit:
SUN'JA a écrit:
Pas besoin de nom ni de date sur la notice d'un CD de CRIVELLI,je reconnais tout de suite,de toute façon. Very Happy
Bah non justement, si c'est Dupontelli, un vulgaire (mais très habile) imitateur de Crivelli qui a écrit le CD anonyme que tu écoutes, tu vas te faire leurrer (c'est le propre des faux Very Happy !)... et pourtant tu apprécieras quand même ! Ce qui, le cas échéant, voudrait bien signifier que les imitateurs ne te posent pas vraiment de problème dès lors que tu apprécies l'oeuvre.

Il faudra qu'il soit extrêmement habile alors car je ne me suis pas fait avoir le jour où l'on me fit écouter une imitation soit disant parfaite du style de
MOZART par un compositeur espagnol dont le nom m'échappe. Le mec me l'avait fait écouter en me disant que c'était du "Mozart" et parce que lui-même s'était fait prendre. Je n'ai certes pas détesté l'esthétique mozartienne de cette musique que je pourrais réécouter avec amusement mais j'ai senti l'imitation,un je-ne-sais-quoi d'infinitésimal qui m'a mis la puce à l'oreille.
On a aussi essayé,il y a des années de cela,alors que je n'étais qu'un novice,de me leurrer avec des thèmes soit-disant composés par
Morricone alors que ce n'était que des imitations,dont certaines étaient composées par de solides musiciens et je peux te dire que ça n'a jamais marché. Il y avait notamment un thème qui était une sorte de morceau hybride entre La Cité de la Violence et Le Clan des Siciliens, j'ai tout de suite senti, principalement dans les orchestrations,des petits détails,(manque d'incisivité) que ce n'était pas Morricone et surtout moins bien. Ce que j'ai constaté par mon expérience,notamment au cinéma,c'est que les compositeurs qui ont essayé d'imiter un style parce qu'ils ont obéi aux invectives d'un producteur ou pour une autre raison moins courante,n'arrivent pas à égaler leur modèle,qu'il s'agisse de WILLIAMS,MORRICONE,SCHIFRIN,ROTA même s'il arrive parfois aux meilleurs de faire du sous-eux-mêmes.
Maintenant si tu estimes que TALGORN a égalé ou battu WILLIAMS sur son propre terrain,je comprends mieux pourquoi tu aimes et défends cette
musique d'une certaine façon et dans la mesure où tu éprouve du plaisir à l'écoute. Very Happy Seulement moi ce n'est pas l'effet qu'elle m'a fait et rien ne
dit que WILLIAMS lui-même n'aurait pas eu une approche plus fine et subtile sur cet ASTERIX,après tout.


Dernière édition par SUN'JA le Jeu 23 Sep - 0:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SUN'JA



Messages : 189
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Frédéric Talgorn   Jeu 23 Sep - 0:24

Taboulez a écrit:
[quote="SUN'JA"Il faut donc que tu assumes une bonne fois que si tu n'aimes pas certaines oeuvres de Talgorn, ça n'a rien à voir avec le fait qu'elles soient terriblement référentielles. Si tu détestes Astérix, ce n'est pas parce que c'est une imitation de Williams, c'est tout simplement parce que tu trouves lamentable certaines facettes (pourtant assez virtuoses et parfaitement intègres) de la carrière de Williams. CQFD Very Happy

Pénible,pas lamentable. Ce que tu dis là n'est pas faux et je l'assume,mais dire que ça n'a rien à voir avec le fait qu'elles soient terriblement
référentielles,si un peu quand même. Franchement,et c'était le propos de mon premier message,je n'ai pas envie que le cinéma français soit
envahi par des imitations de WILLIAMS ni de MORRICONE,mais qu'il continue de s'enrichir de musiques singulières,de compositeurs qui ont leur
propre style et qui sauront personnaliser l'espace sonore d'un film comme il se doit. Bref,je veux que l'approche hollywoodienne reste à Hollywood et
je n'ai pas envie que les compositeurs français se réduisent à imiter,même de la meilleure façon qui soit,WILLIAMS,GOLDSMITH ou MORRICONE,
mais que le cinéma leur permette de développer leur propre personnalité musicale,leur propre modèle poétique. Après que les approches s'influencent les unes des autres,comme ce fut toujours le cas c'est très bien,à condition que chacune préserve sa spécificité initiale.
Il était là mon cri d'idéaliste et il est vrai que l'exemple TALGORN/ASTERIX symbolise chez moi une tendance que je ne n'aimerais pas voir se propager.

Attention! Lorsque je dis que l'approche hollywoodienne doit rester à Hollywood je ne sous-entend pas qu'un compositeur américain ne puisse pas
travailler sur un film français ou italien et vice-versa. Ce n'est pas mon propos.



Quant à AZARIA,je ne connais pas encore une seule note de sa musique. Il faudra que j'essaie pour voir. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taboulez



Messages : 310
Date d'inscription : 02/07/2008
Age : 31

MessageSujet: Re: Frédéric Talgorn   Jeu 23 Sep - 1:31

SUN'JA a écrit:
Franchement,et c'était le propos de mon premier message,je n'ai pas envie que le cinéma français soit envahi par des imitations de WILLIAMS ni de MORRICONE...
Mais il me semble que personne n'a ni évoqué ni souhaité "l'invasion". Je crois qu'un petit peu de tout n'est pas nécessairement à proscrire pour autant: il y a bien des hollywoodiens qui imitent parfois l'écriture française, alors pourquoi pas quelques français qui imiteraient parfois la manière hollywoodienne. Tant que c'est fait correctement, y a pas péril en la demeure, c'est un exercice de style comme un autre et ça permet d'être sur tous les fronts.
Et je ne parle pas d'influences mutuelles (ça ça a toujours existé), je parle bien d'imitations.

SUN'JA a écrit:
Quant à AZARIA,je ne connais pas encore une seule note de sa musique.
Je te rassures tu ne perds rien Very Happy !

SUN'JA a écrit:
Maintenant si tu estimes que TALGORN a égalé ou battu WILLIAMS sur son propre terrain
Honnêtement je n'irais pas jusque là, faut pas pousser mémé dans les orties. Il est clair qu'on est pas dans la cour des grands chefs d'oeuvre de tonton John... Mais y a pas nécessairement besoin d'arriver au niveau d'un CE3K ou autre pièce géniale pour faire de la musique soignée et enthousiasmante (ainsi qu'une bonne imitation stylistique Wink ). Y a tout de même des myriades de nuances entre un chef d'oeuvre et une musique navrante, les choses ne sont pas binaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SUN'JA



Messages : 189
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Frédéric Talgorn   Jeu 23 Sep - 16:49

Taboulez a écrit:
SUN'JA a écrit:
Franchement,et c'était le propos de mon premier message,je n'ai pas envie que le cinéma français soit envahi par des imitations de WILLIAMS ni de MORRICONE...
Mais il me semble que personne n'a ni évoqué ni souhaité "l'invasion". Je crois qu'un petit peu de tout n'est pas nécessairement à proscrire pour autant: il y a bien des hollywoodiens qui imitent parfois l'écriture française, alors pourquoi pas quelques français qui imiteraient parfois la manière hollywoodienne. Tant que c'est fait correctement, y a pas péril en la demeure,

A partir du moment où ça reste exceptionnel et si ça procure du bonheur à certains qui arrivent à trouver un intérêt durable en écoutant du sous-
Williams,puisque tu reconnais toi-même que l'émule n'égale pas son modèle,je n'ai rien à ajouter. Après tout le malheur des uns a souvent fait le
bonheur des autres. Very Happy C'est la vie!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taboulez



Messages : 310
Date d'inscription : 02/07/2008
Age : 31

MessageSujet: Re: Frédéric Talgorn   Jeu 23 Sep - 17:45

SUN'JA a écrit:
Lorsque j'ai découvert pour la première fois une oeuvre de MAURICIO KAGEL (Varietés),j'ai aussitôt été conquis par une personnalité musicale singulière,une approche atypique, et aujourd'hui j'ai suffisamment d'oeuvres que j'apprécie de lui pour organiser un cycle d'écoutes uniquement consacré au compositeur argentin/allemand et me délecter de son univers très personnel pendant toute une semaine.
Tu sais Janus, on en est tous là. Et même j'irai plus loin pour ce qui concerne le milieu de la musique de film en particulier: les compositeurs de cinéma que l'on admire le plus et qui nous apparaissent les plus essentiels sont des artistes qui possèdent tout à la fois une forte personnalité (à tel point qu'on sait l'identifier dès les premières notes d'une oeuvre), une grande maîtrise de la technique (qui permet un langage musical ambitieux, riche et plein !!!!), ainsi qu'un talent protéiforme de sorte qu'ils sachent aborder toutes les esthétiques et tous les langages harmoniques (du baroque/renaissance au contemporain, du savant au populaire)...

Mais honnêtement, c'est un peu enfoncer des portes ouvertes (tant c'est une évidence !) que de dire qu'on préfère se concentrer sur les compositeurs qui savent tout faire et qui en plus ont de la personnalité...

Le grand problème c'est que précisément, dans l'univers du cinéma contemporain, les Goldsmith, Morricone, Legrand, Williams, Schifrin, Sarde, Takemitsu, Mayuzumi, Rodney Bennett et compagnie, brefs ceux chez qui on retrouve ce panel complet de caractéristiques (sans qu'il en manque une seule !): et bien ils n'existent plus...
Aujourd'hui, chez les compositeurs ayant émergé depuis les années 90, on assiste au contraire à une certaine "compartimentation"... et c'est à vrai dire le drame de la BO moderne.

Alors tu as:
- les compositeurs comme Rombi, Adenot ou Hisaishi qui ont une personnalité, savent écrire du leitmotiv (de la grande mélodie), et tiennent à peu près debout techniquement, mais qui en revanche n'abordent jamais la musique contemporaine ou expérimentale (et ne sont de toutes façons pas très ambitieux);
- les compositeurs comme Crivelli, Iglesias ou Piersanti qui ont une personnalité, savent écrire de la musique parfois très fouillée, mais qui en revanche se privent généralement du recours au grand leitmotiv ou à la grande mélodie de cinéma;
- les compositeurs comme Talgorn ou McNeely qui ont une écriture faisant référence à certaines grandes traditions de la musique de film, tiennent debout techniquement, mais qui en revanche ont été incapables de développer une personnalité propre;

Quant aux autres (innombrables), ils se divisent la plupart entre:
- compositeurs trop minimalistes du point de vue du langage (notamment harmonique), façon Coulais, Desplat et des tas d'autres;
- purs tâcherons à la limite de l'amateurisme façon mediaventure et compagnie;

Grosso modo tous les compositeurs ayant émergé depuis les 90's se rangent dans l'une ou l'autre de ces catégories.

Brefs, les compositeurs à l'ancienne, qui possèdent la panoplie complète (et j'insiste sur le "complet") du musicien de cinéma, sont devenus quasiment introuvables. Y a peut être bien Krishna Levy, qui est un petit peu touche à tout et écrit de la bonne musique, mais ce n'est tout de même pas un compositeur très ambitieux.

Dans ce contexte morose, où nous avons beaucoup perdu au change, moi j'ai fait mon choix: faute de mieux je tourne mon regard vers tous ceux qui possèdent un langage formel avec du contenu à l'intérieur (donc ni les tâcherons, ni les musiciens trop minimalistes donc un peu trop vides), car le pire est qu'ils se font rares, or c'est franchement le minimum syndical qu'il y ait au moins du contenu formel à se mettre sous la dent...

... Même si au final je ne suis ça que de très (très !) loin car plutôt que de constater le paysage décevant de la musique de film contemporaine, je préfère 1000 fois me concentrer sur l'oeuvre des grands compositeurs de l'âge d'or ainsi que ceux des années 60-70 (dont pas mal sont encore en vie et en activité aujourd'hui, ouf j'ai envie de dire Very Happy ! ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SUN'JA



Messages : 189
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Frédéric Talgorn   Jeu 23 Sep - 18:10

Taboulez a écrit:
SUN'JA a écrit:
Lorsque j'ai découvert pour la première fois une oeuvre de MAURICIO KAGEL (Varietés),j'ai aussitôt été conquis par une personnalité musicale singulière,une approche atypique, et aujourd'hui j'ai suffisamment d'oeuvres que j'apprécie de lui pour organiser un cycle d'écoutes uniquement consacré au compositeur argentin/allemand et me délecter de son univers très personnel pendant toute une semaine.
Tu sais Janus, on en est tous là. Et même j'irai plus loin pour ce qui concerne le milieu de la musique de film en particulier: les compositeurs de cinéma que l'on admire le plus et qui nous apparaissent les plus essentiels sont des artistes qui possèdent tout à la fois une forte personnalité (à tel point qu'on sait l'identifier dès les premières notes d'une oeuvre), une grande maîtrise de la technique (qui permet un langage musical ambitieux, riche et plein !!!!), ainsi qu'un talent protéiforme de sorte qu'ils sachent aborder toutes les esthétiques et tous les langages harmoniques (du baroque/renaissance au contemporain, du savant au populaire)...

Mais honnêtement, c'est un peu enfoncer des portes ouvertes (tant c'est une évidence !) que de dire qu'on préfère se concentrer sur les compositeurs qui savent tout faire et qui en plus ont de la personnalité...

ce n'est pas toujours l'impression que j'ai en lisant Underscores. Sinon oui.

Pour le reste de ton commentaire,je partage assez ton constat mais pour ces compositeurs que tu juges trop minimalistes,c'est un autre débat. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Frédéric Talgorn   Aujourd'hui à 11:50

Revenir en haut Aller en bas
 
Frédéric Talgorn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum non officiel de la collection “Écoutez le Cinéma” :: Forum en français :: Général-
Sauter vers: