AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'avenir (pas très rose) de l'humanité...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Taboulez



Messages : 310
Date d'inscription : 02/07/2008
Age : 31

MessageSujet: Re: L'avenir (pas très rose) de l'humanité...   Mar 9 Oct - 22:33

Aïe, la crise est passée par là ?

Rassure toi, moi-même j'ai connu pas mal de problèmes jusqu'à il n'y a pas si longtemps où tout s'est enfin arrangé (tu imagines bien les déboires que rencontre un jeune de nos jours, nouveau venu sur le marché de l'emploi), il y a une fin à tout même aux embrouilles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: L'avenir (pas très rose) de l'humanité...   Mar 9 Oct - 23:35

Ben, la fin va passer par l'auto-entreprise dans mon cas !!! j'ai déjà un client potentiel ! parce que franchement un licenciement éco + une reconversion ratée, ça va 5 minutes... Rolling Eyes surtout que je suis en fin de droits, je n'ai plus rien à perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
Taboulez



Messages : 310
Date d'inscription : 02/07/2008
Age : 31

MessageSujet: Re: L'avenir (pas très rose) de l'humanité...   Mar 9 Oct - 23:40

Oui, l'auto-entreprise j'ai fait ça un moment aussi, en parallèle de petits boulots alimentaires et transitoires d'ailleurs (puisque le statut d'auto-entrepreneur n'interdit pas de cumuler avec un autre emploi déclaré), ainsi que de stages et autres CDD... Je suis vraiment passé par tous les stades possibles et imaginables Very Happy (et pourtant j'avais un bon master en poche).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: L'avenir (pas très rose) de l'humanité...   Mar 9 Oct - 23:51

Hélas moi je n'ai même pas de master, je me suis arrêté bien avant (dans les années 80, un Bac +3 était largement suffisant)... De toute façon, le monde a énormément changé en même pas 10 ans, peut-être moins. Internet nous oblige à revoir entièrement notre plan de carrière, et c'est vraiment très dur à gérer si on a loupé des épisodes. Heureusement dans mon propre cas et contrairement à la plupart des jeunes, je n'ai pas de loyer à payer tous les mois mais j'ai quand même des charges + un enfant bientôt ado... c'est vraiment pas facile. Le plus délirant c'est que la reconversion que j'ai faite portait sur un secteur dit en "tension", mais en réalité et le diplôme en poche, je n'ai rien trouvé de décent pour le moment (à part un remplacement de 2 mois cet été - mon dernier emploi en date d'ailleurs) ! Smile incroyable mais vrai ! Je n'ose même pas dire quel job à la con c'est tellement c'est minable (et surtout mal vu), mais même parmi les jobs que personne ne veut faire, ça devient impossible à trouver. En fait, le marché du travail actuel ressemble à un bouquin de Kafka, parvenir à trouver un job si on a le malheur de ne pas avoir un profil "bankable" ou alors de ne pas avoir des compétences rares donc recherchées (genre boucher, serrurier, etc...) relève de l'exploit, voire même du miracle à l'état pur.

Comme l'explique un Robert Castel, il n'y a concrétement pas de places pour tout le monde ! c'est à dire qu'au lieu de parler de chômage, il faudrait plutôt parler de "non-emploi" et de travailleurs "surnuméraires", et hélas j'en fait partie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
Taboulez



Messages : 310
Date d'inscription : 02/07/2008
Age : 31

MessageSujet: Re: L'avenir (pas très rose) de l'humanité...   Mer 10 Oct - 0:37

Kfigaro a écrit:
Hélas moi je n'ai même pas de master, je me suis arrêté bien avant (dans les années 80, un Bac +3 était largement suffisant)... De toute façon, le monde a énormément changé en même pas 10 ans, peut-être moins. Internet nous oblige à revoir entièrement notre plan de carrière, et c'est vraiment très dur à gérer si on a loupé des épisodes. Heureusement dans mon propre cas et contrairement à la plupart des jeunes, je n'ai pas de loyer à payer tous les mois mais j'ai quand même des charges + un enfant bientôt ado... c'est vraiment pas facile. Le plus délirant c'est que la reconversion que j'ai faite portait sur un secteur dit en "tension", mais en réalité et le diplôme en poche, je n'ai rien trouvé de décent pour le moment (à part un remplacement de 2 mois cet été - mon dernier emploi en date d'ailleurs) ! Smile incroyable mais vrai ! Je n'ose même pas dire quel job à la con c'est tellement c'est minable (et surtout mal vu), mais même parmi les jobs que personne ne veut faire, ça devient impossible à trouver. En fait, le marché du travail actuel ressemble à un bouquin de Kafka, parvenir à trouver un job si on a le malheur de ne pas avoir un profil "bankable" ou alors de ne pas avoir des compétences rares donc recherchées (genre boucher, serrurier, etc...) relève de l'exploit, voire même du miracle à l'état pur.

Comme l'explique un Robert Castel, il n'y a concrétement pas de places pour tout le monde ! c'est à dire qu'au lieu de parler de chômage, il faudrait plutôt parler de "non-emploi" et de travailleurs "surnuméraires", et hélas j'en fait partie...

Et encore, je ne voudrais pas te ruiner le moral en te parlant de la société à venir d'ici 2025-2030, mais je t'assure que c'est pas triste, en grande partie due aux implications catastrophiques d'un pétrole qui sera devenu de plus en plus rare et dont les prix vont sans doute être multipliés par 5, 7, voir 10 (il ne faut pas oublier qu'on a passé le pic pétrolier entre 2006 et 2009, c'est Fillon lui-même qui l'avait annoncé !).
Alors bien sûr ça poussera tout le monde, y compris les entreprises à passer à l'électrique, bien contraints et forcés (sous peine de laisser sa paye à la station service), mais de nombreuses questions restent en suspens: y aura-t-il suffisamment d'énergie électrique pour subvenir à nos besoins ordinaires + la quantité nécessaire à alimenter tout un trafic routier... Et de plus si les véhicules routiers sont d'ors et déjà prêts et en état de servir (les camions 16 tonnes électriques existent déjà et sont opérationnels), en revanche les avions électriques ne sont prévus qu'à horizon 2040-2050 (et encore les prototypes prévus à cette date ne sont que des hybrides !),... sans compter les cargos électriques qui ne sont pas non plus à l'ordre du jour... Quand on sait la société mondialisée dans laquelle nous évoluons et les frets planétaires et constants qui circulent sur les mers de nos jours, y a de quoi baliser ! (et sans pétrole il n'y a plus de plastique, ou beaucoup moins)

Ceci sans même faire référence aux guerres sans doute assez importantes qui risquent de se dérouler sous peu au moyen-orient (et malheureusement la France risque fort d'être du côté des agresseurs...)

Mais enfin ce sont des sujets qui n'ont rien à voir avec Sarde tout ça Very Happy .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: L'avenir (pas très rose) de l'humanité...   Mer 10 Oct - 1:01

Non ça n'a rien à voir avec Sarde (je mettrais ce fil ailleurs si on continue sur notre lancée) mais ça me semble tout de même très important d'en parler - la musique est aussi liée à la vie et cette vie, il faut malheureusement bien la gagner... (pour faire le raccord avec Sarde, j'ajouterai que hélas je n'ai ni son réseau familial et professionnel, ni ses origines sociales plutôt favorisées).

Par rapport à ce que tu dis sur le pétrole, je partage également ton angoisse ! et pour en rajouter une louche, je te conseille la lecture du très flippant livre d'Attali sur la "Brève histoire de l'avenir". Ce qu'il décrit (beaucoup de choses sont pompées à la fois sur l'histoire du capitalisme - ouvrage de Michel Beaud, et sur des concepts de SF très récents) fait froid dans le dos : victoire de l"hyper-empire" (au sens d'empire du marché sans entraves bien évidemment) entrainant la disparition presque totale des Etats et conduisant effectivement à des guerres effroyables que Attali nomme " hyper-conflits". Dans l'hyper-empire, l'homme sera condamné à s'auto-surveiller en permanence (santé, employabilité, etc...), la solidarité ne sera plus qu'un vague souvenir - chaque individu ne devant compter que sur lui-même - famille et amour seront précaires, labiles, mutables, sans lendemain (le passé aura moins de poids que le présent - toute la société sera "liquide" c'est à dire non prévisible) - l'idéologie du "nomadisme" sera totale et d'ailleurs seuls les plus nomades et les plus mobiles pourront survivre - les autres seront condamnés à mort ou presque (les fameux surnuméraires dont je parle avant !). Je crois même me souvenir qu'Attali mentionne l'apparition d'entreprises qui, moyennant finances pourraient proposer à un individu un suicide sans douleur... Cet univers de cauchemar risque fort d'arriver : imagine un peu une sorte de mélange de "Soleil vert" avec "L'âge de cristal" matiné de "Blade runner" pour les décors et surtout la météo (or après 100 ou 200 ans de pollution des industries chinoises et état-uniennes, c'est hélas un scénario de plus en plus crédible..), et là ça ne sera plus de la SF mais bel et bien la réalité... brrr...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
Taboulez



Messages : 310
Date d'inscription : 02/07/2008
Age : 31

MessageSujet: L'avenir (pas très rose) de l'humanité...   Mer 10 Oct - 1:17

Personnellement j'ai beaucoup d'antipathie pour un bonhomme comme Attali, presque systématiquement du mauvais côté de la balance sur bien des sujets de société, mais il est sûr que quelque soient nos convictions, nous sommes bien tous contraints de constater les grands périls énergétiques notamment, auxquels nous serons confrontés à brève échéance, et les nombreuses problématiques de pénurie en tous genres que cela risque d'occasionner... Quant tu sais que pour la seule catastrophe de Fukushima, les industries automobiles européennes (et américaines) se sont retrouvées en stand-by durant plusieurs semaines (car certaines pièces électroniques dont ils avaient besoin n'étaient fabriquées qu'au Japon !), ça te donne un peu une idée de l'ampleur du désastre potentiel (et la stupidité, sur le long terme, qu'auront représenté les politiques de délocalisation notamment: envoyer à l'autre bout du monde des usines dont nous ne pourrons peut-être plus rapatrier aussi aisément les productions !), dans le cas d'une crise bien plus grande et durable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: L'avenir (pas très rose) de l'humanité...   Mer 10 Oct - 2:03

Finalement j'ai divisé le sujet... Ce forum vaut surtout le coup pour le topic Philippe Sarde qui doit surement être le fil le plus complet du web sur ce musicien ! donc laissons ce fil en paix Cool

Oui, Attali est agaçant (un peu à gauche tout en étant ultra-libéral donc plutôt conservateur) mais en tant qu'économiste, il reste intéressant à lire car malheureusement les choix sociétaux actuels sont la plupart du temps uniquement des choix d'ordre économiques (je lis autant les sociologues que les économistes pour cette raison précise) - y compris le traitement du chômage ou le travail social (c'est le secteur que j'ai choisi pour ma reconversion) ! Pour te prendre un exemple : les assistances sociales actuelles n'ont plus grand chose à voir avec celles d'autrefois, enfin je crois... L'assistance aux précaires est aujourd'hui inféodée à des lois strictement économiques et non plus sociales ou humanistes comme avant. Robert Castel explique que les lois du marché du travail actuelles obligent en réalité les travailleurs les plus fragiles à accepter des conditions de travail qui rappellent comme deux gouttes d'eau les débuts épouvantables du capitalisme industriel !!! et je t'assure que c'est vrai, d'ailleurs je peux témoigner puisque je l'ai vu à l'œuvre... Prend le cas des innombrables travailleurs des services à la personne (jardinage, aide aux handicapés et personnes âgées, etc...) : quand ils sont en solo : ils font des tonnes de kilométres non remboursés, et même si une association les emploie, seule une partie du trajet sera pris en charge ! Si tu fais le compte de tous les frais qu'occasionne presque quotidiennement une voiture (essence + entretien + frais de réparation + garage + pièces à changer) et que tu les soustrais au salaire de misère que touchent ces employés généralement tous à temps partiel, tu te rends vite compte qu'ils sont presque des esclaves modernes ! et j'exagère à peine - d'ailleurs ils en partagent le sort : "intouchables" sur le plan du statut (absolument jamais personne ne parle d'eux dans les médias, ils sont "invisibles" dans tous les sens du mot et sont considérés évidemment comme des moins que rien par les classes moyennes). Hélas, ce type de travailleur a absolument besoin de sa voiture pour gagner sa maigre vie (véhicule que leurs employeurs exigent de plus en plus par ailleurs) - et contrairement à ce qu'on croit trop souvent, un cadre supérieur "nomade" pollue bien plus que les prolos - vu que l'avion engendre un bilan carbone bien plus lourd que des petits trajets en voiture.

Ces questions écologiques sont évidemment terrifiantes, mais note bien que tout est absolument lié et que ce qu'on vient de dire avant sur l'évolution de l'économie et du marché du travail à l'échelle mondiale entraine obligatoirement ce genre de problèmes (en fait tout s'imbrique de façon "complexe" dans le sens qu'Edgar Morin donne à ce mot). D'aucuns évoquent d'ailleurs la disparition du travail comme seule solution afin d'éviter le pire, et citent la période où l'homme se contentait de la pèche, chasse et cueillette ! (seuls et uniques moyens d'éviter l'extinction totale des ressources naturelles pillées à un rythme exponentiel depuis au moins 2 siècles) sauf que les territoires qui permettaient l'obtention aisée de ce genre de subsistances ont presque tous disparus ! alors que faire ? partir sur Mars ?

Là où ces réflexions rejoignent tout de même le but de ce forum et notre chère musique en particulier, c'est que justement l'Art ne peut évoluer correctement que dans un contexte économique solide et progressiste, ce qui est loin d'être le cas actuellement... Tout ce qui a été dit récemment sur l'absence d'évolution voire la régression dans la musique populaire (et même savante d'ailleurs) - je pense notamment au dernier livre de Simon Reynolds, un intellectuel spécialiste du rock et des musiques pop - découle de toute manière du fait que le seul et unique "progrès" actuel est d'ordre technologique (net, réseaux sociaux, iPad, etc...), les avancées sociaux-économiques marquant à l'inverse sérieusement le pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
Taboulez



Messages : 310
Date d'inscription : 02/07/2008
Age : 31

MessageSujet: Re: L'avenir (pas très rose) de l'humanité...   Mer 10 Oct - 2:25

Kfigaro a écrit:
D'aucuns évoquent d'ailleurs la disparition du travail comme seule solution d'éviter le pire, et citent la période où l'homme se contentait de la chasse et de la cueillette ! (seul et unique moyen d'éviter l'extinction totale des ressources naturelles pillées à un rythme exponentiel depuis au moins 2 siècles) sauf que les territoires qui permettaient l'obtention aisée de ce genre de subsistances ont presque tous disparus ! alors que faire ? partir sur Mars ?
La cueillette, la chasse ou même le jardinage (du genre chacun son potager) pouvaient permettre de nourrir une population humaine de 100 ou 200 millions d'individus sans doutes (et encore, c'est pas sûr !)... Mais aujourd'hui nous venons tout juste de franchir la barre de 7 milliards et seule l'agriculture intensive (et toutes les dérives que cela engendre) peut permettre d'alimenter une telle population, et encore, on voit bien que même là il y a disproportion et que de nombreuses régions du monde connaissent déjà les famines ou les restrictions (et pire, ces populations là, souvent très denses, seront les premières à souffrir du manque d'eau potable, elles accumulent toutes les calamités).

Sinon pour revenir à la problématique d'hyper-empire mondialisé, de dislocation des cultures et de société amnésique que tu as effleuré un peu plus haut, mais qui s'imbrique en réalité tout à fait dans les problématiques de crises à venir et la manière dont nous allons réagir en tant que peuples face à elles je te fais un copier coller d'un message de présentation que j'avais rédigé sur un autre forum, et au cours duquel j'avais abordé cet aspect là en particulier:
Citation :
(...) essentiellement j'ai deux grandes passions, l'histoire du cinéma, ainsi que l'histoire de la musique sous (presque) toutes ses formes. Globalement, je suis (ou ai été) en recherche perpétuelle de ce qui a pu s'y faire de mieux, de tous temps, et aux quatres coins du globe,.. ceci en gardant un intérêt toujours particulier d'ailleurs pour la production française et les grands génies qu'elle a su engendrer, ceux-là ayant démontré leurs plus fameuses prouesses en de nombreuses reprises, que ce soit dans le cinéma des années 30/40/50 notamment, ou bien encore à travers la musique impressionniste et ses héritiers les plus divers au cours du siècle, mais également dans bien d'autres circonstances encore,... car à mon sens, bien comprendre sa propre culture reste un enseignement majeur, mais c'est aussi apprendre à se connaître soi-même, en plus d'aller contre l'amnésie collective ambiante, foutu syndrome qui oeuvre plus que jamais à l'heure actuelle, et participe, à sa manière, du déclin des peuples (et de la léthargie des civilisations en question).
Rien qu'en Europe, on ne compte plus le nombre de (jeunes) français, allemands, italiens, espagnols qui ont à l'esprit bien davantage de références nord-américaines ou asiatiques (la plupart issues de productions plus ou moins affiliées, en des proportions diverses et avec plus ou moins bonne tenue d'ailleurs, à la consommation de masse)... que de connaissances de leur patrimoine culturel respectif. Patrimoines respectifs qui sont bien souvent absolument immenses, colossaux, surtout dans le cas de la France et l'Allemagne (ou, disons, les germaniques), qui par exemple, ont fait à elles toutes seules la quasi-intégralité de l'histoire de la musique, non seulement savante, mais même populaire en fait, si l'on aborde le cas particulier de la musique électronique et de sa naissance à travers les premiers instruments français, et russes, de Martenot et consort, puis dans les ateliers savants de Pierre Schaeffer, Boulez et Stockhausen, avant d'être progressivement amenée à la culture populaire dans les années 60 via des gens comme Michel Colombier&Pierre Henry ou certains groupes allemands de pop électroacoustique...

Ceci débouchant notamment sur de nombreuses inconnues assez préoccupantes quand à la cohésion sociale en devenir de ces peuples là: dans les cas les plus avancés il ne reste rien, ou presque, pour lier les individus d'un même pays entre eux, les fédérer, des individus rendus sans mémoire ni passé (sans identité ?).
Surtout quand on sait les grands troubles qui nous attendent dans les années à venir en ce début de nouveau siècle (avec en tête les différentes crises de l'énergie aux implications qui s'annoncent calamiteuses, en particuliers dans le cas des énergies fossiles),... comment ces peuples vont-ils réagir dans la tourmente sans un ciment profond, sans lien ni cohésion culturelle (peu ou proue) ?

Et puis ça nous permet de boucler la boucle et de lier le sujet aux problématiques culturelles qui ont cours sur ce forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: L'avenir (pas très rose) de l'humanité...   Mer 10 Oct - 3:22

En fait, tu évoques encore un autre problème (qui nécessiterait dans ce cas un nouveau topic) : c'est à dire le fait que la mondialisation d'obédience capitaliste appauvrit paradoxalement le niveau culturel des individus à l'échelle planétaire, alors que c'est évidemment l'inverse qui aurait dû se produire.

Comme ce que la "World Music" des années 80 (un concept bien plus ancien puisque c'est d'abord un musicien d'Allemagne - nation que tu cites à raison Wink - et plus précisément le bassiste de Can qui a inventé le concept, repris ensuite par Brian Eno et David Byrne dans le célèbre "My Life in the Bush of Ghosts" en 81) pouvait le laisser présager : c'est à dire un melting-pot plus ou moins inspiré de toutes les traditions populaires du monde entier - un Sakamoto a également énormément contribué à ça aussi d'ailleurs (j'ai réécouté sa musique pop il y a peu de temps - pas mal de déchets mais de vraies perles dignes d'un Marcos Valle parfois...). La réalité c'est effectivement que la pop avariée (les innombrables jeunes épigones de Madonna comme par exemple Lady Gaga) a quasiment tout envahi, on pourrait d'ailleurs parler de la mal-bouffe qui a déferlé jusqu'aux iles jusqu'alors totalement préservées des MacDo et co... (je pense à Okinawa - où les vieillards de plus de 90 ans ont presque tous une forme du tonnerre grâce à une nourriture incroyablement saine !).

Dans ton dernier paragraphe, tu évoques le manque de cohésion culturelle entre les individus. Or cette atomisation sociale - un état que l'on peut décrire comme une véritable anomie, vu que chaque individu est sommé d'être responsable de son sort (comme s'il devait supporter à lui-seul tout le poids d'une société qu'il n'a absolument pas contribué à mettre à place) est à mon sens à l'origine de ce désordre. La culture, tout comme le statut social constitue un capital et comme chacun sait les capitaux, (tout ccomme les handicaps) se cumulent : le jeune peu qualifié qui se contente d'écouter la radio ou de visionner des clips populaires sur Youtube n'aura bien évidemment pas la culture que tu peux avoir toi avec ton bagage scolaire conséquent et ta curiosité... Note d'ailleurs que les cadres supérieurs et surtout les professions intellectuelles supérieures échappent bien souvent à cette uniformisation culturelle (je veux parler de la dictature des productions japonaises et état-uniennes), il suffit d'ailleurs de lire les forums ou les blogs culturels : on y trouve bien plus de Bac +7 que de Bac -12 !!! Wink Là encore, les plus curieux sont souvent ceux qui disposent déjà de capitaux malheureusement plus importants encore que la culture : je pense en particulier aux capitaux relationnels - sésames quasiment indispensables pour trouver une place dans le marché du travail...

Après ton questionnement relève presque d'une problématique philosophique voire historique : où nous entraine réellement l'ultra-libéralisme mondialisé ? les USA ne vont-elle pas connaitre le sort de l'Empire romain ou de la civilisation égyptienne ? Ton questionnement est humaniste au sens où effectivement la seule logique de rentabilité économique risque d'entrainer à terme la fin de l'humanité, ou tout du moins la chute de plusieurs civilisations pourtant à l'origine du capitalisme (USA puis l'Europe) en même temps que d'autres connaitront des triomphes croissants si la baisse de leur natalité ne vient pas stopper net leur envolée (Chine, Inde, Brésil mais aussi Afrique du Sud).

En fait la question peut aussi se poser ainsi : comment rétablir l'humanisme à l'échelle mondiale alors que la morale et l'éthique sont absentes du catéchisme libéral (et là je ne parle évidemment pas du fondamentalisme religieux) et que les "dominants" (les hyper-nomades dont parle Attali) n'ont aucun intérêt à ce que les nouveaux "esclaves" du capitalisme mondialisé partagent des valeurs communes en dehors de la "soupe" (tant culturelle que culinaire) qu'on leur donne en pâture sur le net et à la télé - puisque seules des valeurs communes et un esprit de fraternité permettaient un soulèvement et une révolte à une échelle cette fois bien plus importante qu'à l'époque de la révolution française (qui était d'ailleurs plus un coup d'Etat des bourgeois qu'une Révolution de ceux qui n'ont que leur force de travail pour survivre). Ce qui est terrible dans l'affaire c'est que les "dominés" sont également les moins aptes à se regrouper, vu leur isolement et leur situation sociale de plus en plus problématique. Mais il suffit de regarder l'histoire, l'explosion des inégalités de revenus conjuguée à l'appauvrissement des populations surnuméraires ou en situation d'exclusion (sans travail et sans réseau) entrainera tôt ou tard des révoltes d'une violence à mon avis inédite - Et d'ailleurs ça se précise de plus en plus : par exemple en Grèce... Les dominants ont toujours tendance à oublier que l'histoire bégaye ! c'est un défaut récurent chez eux, et ils le paieront au prix fort le moment venu, car un homme qui a faim est capable de tout - y compris dans le climat d'atomisation qui règne aujourd'hui (les révolutions arabes - pays eux aussi touchés par la dictature des réseaux - ont d'ailleurs bien eu lieu, preuve qu'il peut exister encore des regroupements d'individus révoltés au 21ème siècle).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
Taboulez



Messages : 310
Date d'inscription : 02/07/2008
Age : 31

MessageSujet: Re: L'avenir (pas très rose) de l'humanité...   Mer 10 Oct - 4:11

Le problème c'est qu'une population vieillissante ne se révolte pas comme peut le faire une population beaucoup plus jeune.
Et même dans le cas d'une "révolte", à l'heure actuelle on constate bien que tout est fait pour rediriger les colères et "horizontaliser" les détestations: en gros, plutôt que de laisser les classes "dominées" s'organiser afin qu'elles se solidarisent et oeuvrent efficacement contre les grands-nomades "dominants", on redirige la colère sociale des individus afin qu'ils se chamaillent entre eux (rien qu'en France les tensions ethniques et confessionnelles sont sans cesse exacerbées et mises en valeurs dans les grands média, que ce soit par la gauche ou la droite d'ailleurs, et c'est une mayonnaise qui prend très efficacement: en gros, on divise les classes de dominés pour mieux régner sur elles et les empêcher de s'organiser). C'est d'ailleurs ce qui s'est un peu déroulé en Grèce: pour rediriger les colères populaires, les grands média grecs ont commencé à lancer des campagnes de propagande à l'encontre de leurs minorités, ainsi qu'à sortir l'épouvantail de l'aube dorée).
Quant à la Tunisie, n'en parlons même pas, là encore on ne peut que constater que les classes nomades dominantes ont parfaitement su gérer la transition pour tuer dans l'oeuf tout espoir de voir cette "révolution" déboucher sur quelque chose de positif et qui remette un minimum en question les fondamentaux qui régissent notre société moderne. En gros les tunisiens l'ont bien dans l'os et ont fait tout ça pour rien. Celui qui gagne l'élection, c'est celui qui dispose de la meilleure campagne de promotion (donc des meilleures financements mais surtout, surtout: des meilleurs réseaux !).

La révolte est un voeu pieux, de surcroît lorsque la population est vieille, et que les individus d'un même pays ne partagent plus aucuns liants culturels, n'ont plus de mémoire collective.
Et même lorsque la révolte a lieu, si immédiatement derrière il n'y a pas la rédaction minutieuse et appliquée d'une constitution blindée de toutes parts, qui protège le peuple de ses élites en ciblant parfaitement toutes les articulations stratégiques qui permettent à une population de conserver les rouages les plus indispensables de sa souveraineté ainsi que son libre arbitre (se mettre à l’abri de toute propagande notamment !), tout ça ne donnera rien et tout recommencera comme avant.
Si demain il y avait une révolution en France, tu peux être sûr qu'aux élections sur lesquelles ça déboucherait les français se retrouveraient comme deux ronds de flan à devoir voter à nouveau pour l'andouille de l'UMP ou pour l'andouille du PS, comme avant Very Happy ... Parce que tant que tu ne casses pas la machine à propagande infernale des grands média (la plupart appartiennent aux marchands d'armes et aux grands usuriers: ces gens là n'embauchent donc que des journalistes qui leurs plaisent ou presque ! ces journalistes ne s'en rendent même pas compte d'ailleurs), tu n'obtiendras jamais rien d'autre que la promotion des orientations politiques qui leurs conviennent, et le discrédit sur toutes les autres.

En cela, nous sommes absolument d'accord pour ce qui est du sujet de la révolution française, qui, comme tu le dis très justement n'a été (quasiment) rien d'autre qu'un coup d'état des bourgeois (qui avaient d'ailleurs préparé le terrain idéologique avec certains écrivains des lumières du genre le richissime Voltaire). De nombreux historiens l'ont démontré par le détail d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: L'avenir (pas très rose) de l'humanité...   Jeu 11 Oct - 1:37

Taboulez a écrit:
plutôt que de laisser les classes "dominées" s'organiser afin qu'elles se solidarisent et oeuvrent efficacement contre les grands-nomades "dominants", on redirige la colère sociale des individus afin qu'ils se chamaillent entre eux
Tu as tout pigé ! un Eric Maurin a d'ailleurs bien expliqué tout ça dans un livre comme "Le ghetto français"... mais c'est tout de même terrible de constater un tel climat de défiance (j'ai lu récemment que les français figuraient parmi les plus méfiants de tous les peuples du monde entier !). Comment construire une réelle mixité sociale dans de telles conditions ?

Taboulez a écrit:
La révolte est un voeu pieux, de surcroît lorsque la population est vieille, et que les individus d'un même pays ne partagent plus aucuns liants culturels, n'ont plus de mémoire collective.
Certes la population européenne vieilli énormement mais note tout de même que la natalité française est l'une des plus hautes du continent, donc je ne pense pas que l'âge soit uniquement l'obstacle principal à la révolte générale, je pencherais plutôt du côté de ce que tu expliques très justement dans ta citation précédente en prouvant à quel point on monte les dominés les uns contre les autres (d'ailleurs absolument tout participe à ça : même le principe de "l'entreprise individuelle" - en matière d'argent comme de réseau - c'est chacun pour soi et qui m'aime me suive...).

Au delà de tout ça, ce qui manque à notre civilisation c'est un projet réellement à long ou très long terme (conquète spaciale, gouvernement mondial, etc...)... or l'économie actuelle ne raisonne uniquement que sur le très court terme, et ce n'est pas ailleurs qu'il faut chercher l'origine de tous nos maux à mon humble avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
Taboulez



Messages : 310
Date d'inscription : 02/07/2008
Age : 31

MessageSujet: Re: L'avenir (pas très rose) de l'humanité...   Jeu 11 Oct - 1:45

kfigaro a écrit:
Au delà de tout ça, ce qui manque à notre civilisation c'est un projet réellement à long ou très long terme (conquète spaciale, gouvernement mondial, etc...)...
A titre personnel, la simple hypothèse d'un "gouvernement mondial", avec tout ce que ça implique de scélérat me remplit d'effroi... C'est sans doute l'un de mes pires cauchemars en ce qui concerne les divers choix de société qui nous sont dessinés (à marche forcée) dans le futur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: L'avenir (pas très rose) de l'humanité...   Jeu 11 Oct - 2:10

Mais ça dépend des objectifs que fixerait un tel gouvernement, tout le problème est là ! quand je pense à cette idée de gouvernance mondiale (reprise des thèses d'Attali), c'est pour justement en finir avec les problèmes actuels : inégalités, exploitation des hommes et de la nature qui les héberge, etc... sûrement pas pour ressusciter Big brother !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
Taboulez



Messages : 310
Date d'inscription : 02/07/2008
Age : 31

MessageSujet: Re: L'avenir (pas très rose) de l'humanité...   Jeu 11 Oct - 2:15

L'enfer est pavé de bonnes intentions... Et je n'ai pas envie d'entrer dans les détails mais je t'assures que toutes les implications liées à la mise en place d'un tel "gouvernement mondial" seraient absolument catastrophiques pour l'ensemble des patrimoines humains dans leurs intégralités et leurs pluralismes.

Et en effet, il semble qu'un tel "gouvernement" soit bel et bien le rêve d'un Attali (d'où ma grande méfiance à son égard).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: L'avenir (pas très rose) de l'humanité...   Jeu 11 Oct - 2:18

J'ajoute que de toute façon, nous subissons déjà une forme de "gouvernance" mondiale : celle des marchés (qui sont depuis longtemps bien au dessus des Etats), or celle-ci n'obéit absolument pas aux lois de la démocratie mais à ses lois propres - dont le peuple fait les frais sans pour autant pouvoir changer quoique ce soit à leur mode de fonctionnement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
Taboulez



Messages : 310
Date d'inscription : 02/07/2008
Age : 31

MessageSujet: Re: L'avenir (pas très rose) de l'humanité...   Jeu 11 Oct - 2:26

Kfigaro a écrit:
J'ajoute que de toute façon, nous subissons déjà une forme de "gouvernance" mondiale : celle des marchés
Ça en revanche c'est tout à fait vrai, mais il ne faut surtout pas commettre l'erreur de combattre le mal par le mal, on ne ferait que morfler à l'exponentielle Exclamation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taboulez



Messages : 310
Date d'inscription : 02/07/2008
Age : 31

MessageSujet: Re: L'avenir (pas très rose) de l'humanité...   Jeu 11 Oct - 2:58

Pour développer un peu:

Nous parlions un peu plus tôt de la révolution Française: comme tu le sais à cette époque les bourgeois ont plus ou moins provoqué des famines et pénuries afin de mettre le peuple en colère, puis ils ont fait en sorte de faire porter le chapeau à la noblesse et au clergé afin que les pauvres affamés renversent le gouvernement en place et remettent les clés du pouvoir à la bourgeoisie.


À notre époque j'ai le sentiment qu'il se déroule un peu la même chose mais à échelle planétaire...
En gros, les grands-nomades "dominants" des marchés mettent en place (plus ou moins consciemment d'ailleurs) les conditions d'un "chaos", afin de pousser les peuples en colère et pris de panique, à faire la connerie irréversible de se déparer de ce qui leur reste de souveraineté (déjà qu'il ne leur reste souvent pas grand chose !),... en d'autres termes remettre définitivement aux grands dominants les dernières clés du pouvoir sous la forme d'un "gouvernement mondial" justement (où tout est centralisé et encore plus aisé à contrôler pour ces dominants), ce "gouvernement mondial" que font miroiter les idéologues calculateurs du genre d'Attali (qui jouent un peu le même rôle scélérat que tous les Voltaire de l'époque), concept qu'ils essaient de nous faire avaler à coup d'arguments-terreur.
C'est là où se situe le piège à mon sens !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: L'avenir (pas très rose) de l'humanité...   Ven 12 Oct - 21:43

Tu as (hélas) surement raison, c'est sans doute ce qu'ils nous migotent... Rolling Eyes

Toujours sur le même thème : j'ai vu un reportage hier sur le chômage des séniors, un truc tout à fait atterant !... Ex : une DRH obligée de faire la vendeuse au SMIC et en plus en CDD à temps partiel, franchement flippant Evil or Very Mad ... On se demande quel est l'intérêt de faire travailler les gens uniquement entre 25 et 35 ans (environ...), surtout avec le problème du financement de la retraite, se rendent-t'ils compte que vieillir est un phénomène naturel, universel et absolument incontournable ? ils s'imaginent réellement qu'après 35 ans, tout le monde a accumulé le jackpot de Zidane et peut se permettre d'être rentier jusqu'à la fin de ses jours ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
Taboulez



Messages : 310
Date d'inscription : 02/07/2008
Age : 31

MessageSujet: Re: L'avenir (pas très rose) de l'humanité...   Mar 16 Oct - 20:18

Tiens je viens de voir sur Underscores que c'est ton anniversaire aujourd'hui, alors je te souhaite que ta situation connaisse du mieux dans les mois à venir ! Bon anniv' (43 ans !) Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: L'avenir (pas très rose) de l'humanité...   Mar 16 Oct - 23:42

Merci à toi ! Wink ma femme ne me l'a même pas souhaité alors tu vois... Pour mon avenir, je me mets à mon compte c'est quasiment sûr : j'ai déjà installé un téléphone !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'avenir (pas très rose) de l'humanité...   Aujourd'hui à 12:36

Revenir en haut Aller en bas
 
L'avenir (pas très rose) de l'humanité...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» lotion pour le visage à la rose très simple et économique
» Une petite fleur rose au 50 mm
» Gateau rose de Noel ou noël pour les filles très girly
» Le BAC, quelle utilité/quel avenir ??
» Rose des sables

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum non officiel de la collection “Écoutez le Cinéma” :: Forum en français :: Général-
Sauter vers: