AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Charles Koechlin et le cinéma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SUN'JA



Messages : 189
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Charles Koechlin et le cinéma   Dim 30 Aoû - 22:35

<< Charles Koechlin est un cas particulier car,à part L'ANDALOUSE DANS BARCELONE, il n'a pas composé pour le cinéma. Sa SEVEN STARS'SYMPHONY est tellement raffinée et sensible,une oeuvre tellement personnelle. On s'attendrait à ce que la musique pour CHARLIE CHAPLIN soit très drôle,mais en fait,c'est une étude de caractère très complexe,le dépeignant à travers divers moments de films particuliers. Les "esquisses" de Koechlin sont très profondes,une sorte de biographie approfondie de ces personnalités, allant au-delà de leur caractère dans des films individuels,pour découvrir le pathétique d'EMIL JANNINGS,la beauté de LILIAN HARVEY,,l'isolement de GARBO. Ce n'est pas exactement de la musique de cinéma.
L'orchestration de Koechlin dont il avait une grande maîtrise,était extrêmement cinématographique. Il demandait de vastes combinaisons inhabituelles d'instruments pour créer des textures et des coloris extraordinaires. Il était proche de MAHLER par son contrôle parfait de la sonorité et du timbre orchestraux, rapprochant des instruments qu'on ne trouverait ensemble nulle-part ailleurs...>> James Dudd,chef d'orchestre.1995.

Cependant,Koechlin se méfiait de la musique de film,n'en avait qu'une piètre opinion. Géographiquement,il se situait dans un lieu idéal (l'Alsace) pour que sa musique soit autant d'essence française que germanique. Pourrait-on dire qu'il fut surtout,pas uniquement,mais surtout inspiré par Fauré et Mahler ? Du premier,il se réclame,en tout cas,en fut d'ailleurs l'élève après que Massenet eut pris sa retraite.
Koechlin voyageait toujours avec son vérascope duquel il tira un grand nombre de photographies,ce qui
montre bien un intérêt évident pour les arts visuels et donc le cinéma. Seulement,lorsqu'il se rendit en juin
1954,dans un cinéma parisien,voir le documentaire "croisière avec l'escadre",pour lequel il avait composé
son "Andalouse dans Barcelone",ne fut-il pas dépité de constater que sa musique fut remplacée par une
composition d'un certain Boher,sans qu'aucune explication ne lui fut fournie avant comme après.

Demain,probablement,je t'évoquerai plus en détail sa "The seven stars'symphony".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taboulez



Messages : 310
Date d'inscription : 02/07/2008
Age : 31

MessageSujet: Re: Charles Koechlin et le cinéma   Dim 30 Aoû - 23:39

Je suis très fan de Koechlin. D'ailleurs la "Seven Stars' Symphony" que tu évoques fut l'une des toutes premières oeuvres que je découvris chez lui. J'adore, notamment le mouvement dédié à Garbo, dans lequel il fait usage de l'onde martenot, cet instrument qu'il aimait tant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Charles Koechlin et le cinéma   Lun 31 Aoû - 10:05

J'ai écouté cette "Seven Stars' Symphony" il y a 1 an ou deux, mais ça fait partie des choses qui ne m'ont pas marqués de lui (à réécouter cependant), je préfère de loin sa musique vocale, et des bijoux comme "Les heures persanes"... il est relativement bien édité depuis quelques années, ce qui n'était pas franchement le cas il y a 10 ou 20 ans...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
SUN'JA



Messages : 189
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Charles Koechlin et le cinéma   Lun 31 Aoû - 10:57

"Seven Stars'Symphony" est avant tout une oeuvre plaisante et particulière puisqu'elle s'appuie
sur des personnalités du septième art. Ce sont ses descriptions subjectives des différents
portraits qui en font une oeuvre attachante. Sinon, ce n'est pas à placer au sommet de son oeuvre,
au même titre que LES HEURES PERSANES,DOCTEUR FABRICIUS et LE LIVRE DE LA JUNGLE
qui contient de vrais petits trésors musicaux. Je pense que cette symphonie cinéphilique fut
surtout un bel exercice de style,un hommage original et vibrant au cinéma et aux acteurs/actrices qu'il aimait,ni plus ni moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Charles Koechlin et le cinéma   Lun 31 Aoû - 15:33

Voilà c'est un peu ça ! Wink sinon je suis d'accord avec ton choix : surtout "Le livre de la jungle" qui est sans doute le sommet de toute son oeuvre. J'aime bien aussi des pièces comme "Vers la voûte étoilée" et "Sur les flots lointains" (pas sûr du titre...).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
SUN'JA



Messages : 189
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Charles Koechlin et le cinéma   Lun 31 Aoû - 16:54

"Vers la voûte étoilée" est une oeuvre qu'il me reste à découvrir..."sur les flots lointains" qui est une
oeuvre très courte de 4'45...mais surtout "Le buisson ardent" avec un magnifique usage des Ondes
Martenot! ...38 mn de bonheur sous la baguette de LEIF SEGERSTAM...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Charles Koechlin et le cinéma   Lun 31 Aoû - 17:11

Pour ma part j'ai découvert ce monsieur grâce à Arte et à la présentation qu'en a faite le chef d'orchestre, compositeur (et hautboïste) Heinz Holliger. Ce dernier est vraiment totalement dingue de la musique de Koechlin même si ça ne sent pas dans son propre musique.

On retrouve par contre un peu la patte de Koechlin dans certaines oeuvres de son élève Misraki (que j'ai fait découvrir à Taboulez) comme le très impressionniste "La minute de vérité" et à des détails subtils qui font toute la différence : les scènes champêtres de "A double tour", les sublimes variations du thème d'amour de "Montparnasse 19" notamment dans "Jeanne Arrive À Nice" lorsque Anouk Aimée retrouve son amant, on entend un violon solo d'une pudeur inégalée (et à des kilomètres des orchestrations d'un Rozsa dans le même type de scène !) mais aussi et dans une moindre mesure chez Lalo Schifrin (La peau, Voyage of the damned, Le renard...). Misraki, c'est un peu notre Alex North à nous ! (en plus fauché néanmoins...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
SUN'JA



Messages : 189
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Charles Koechlin et le cinéma   Lun 31 Aoû - 17:27

Je crois bien avoir vu la même émission,sauf que j'en garde un souvenir très flou. Je me souviens
plus de celle sur JOSEPH KOSMA par ANTOINE DUHAMEL,sur la même chaîne.

PS: Si tu as du mal avec les orchestrations,en général,de ROZSA,ce n'est pas moi qui vais pouvoir,
hélas,y remédier... Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Charles Koechlin et le cinéma   Lun 31 Aoû - 17:48

Toi non plus tu ne raffoles pas des orchestrations de Rozsa, c'est ça ? Wink

viens me prêter main forte ! :
http://frenchsoundtracks.phpbb9.com/compositeurs-f4/miklos-rozsa-t144.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
SUN'JA



Messages : 189
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Charles Koechlin et le cinéma   Lun 31 Aoû - 20:30

Non,je ne peux pas te prêter main forte,car même si les longues mélopées sirupeuses et grandiloquentes qui ont l'air de caractériser son style,de premier abord,m'indisposent,c'est un musicien que je n'ai pas approfondi pour avoir un jugement objectif et valable sur ce sujet. De toute façon,je ne sais pas analyser une musique si je ne la ressens pas. Je me souviens d'un album de pièces vocales à cappella que j'avais en 33T et que j'aimais bien. Elles avaient un timbre très particulier qui me permit aussitôt de reconnaître ROZSA,et Dieu sait si ce n'est pas toujours évident de reconnaître un compositeur à partir d'oeuvres purement vocales. Il s'agit pour moi d'un grand compositeur qu'il m'est ardu d'appréhender à cause de certains aspects récurrents et propres à sa musique.
En tout cas,ces pièces vocales me changeaient du gros et gras symphonique qui m'ennuie souvent dans la B.O. hollywoodienne,qu'elles que soient les époques. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taboulez



Messages : 310
Date d'inscription : 02/07/2008
Age : 31

MessageSujet: Re: Charles Koechlin et le cinéma   Lun 31 Aoû - 21:01

Janus a écrit:
En tout cas,ces pièces vocales me changeaient du gros et gras symphonique qui m'ennuie souvent dans la B.O. hollywoodienne,qu'elles que soient les époques.
Tu aimes tout de même le post-romantisme à la Richard Strauss (un des plus grandioses orchestrateurs qui soient, dans son genre), non ? Tu englobes pas ce genre de musique dans le "gros et gras" j'imagine (parce que Kfigaro a un peu tendance à le faire lui Very Happy ) ?
Parce que j'avais cru lire que tu étais un grand fan de Waxman (l'une de mes idoles Very Happy ), or j'ai quand même du mal à concevoir qu'on puisse être fondu de Waxman si on aime pas l'héritage Straussien, tant il en demeure l'un des plus beaux continuateurs (avec aussi des gens comme Korngold).

Pour ce qui est de Rosza, moi aussi j'ai un peu de mal avec ses orchestrations pour les peplums (tout le contraire de la virtuosité mêlée de brillance, qu'on retrouve chez Waxman, Strauss et compagnie), par contre je conseille vivement son corpus classique pour se faire une autre idée du bonhomme (concerto pour violon, concerto pour violoncelle, concerto pour orchestre à corde etc,...)... C'est souvent beaucoup plus aéré !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Charles Koechlin et le cinéma   Lun 31 Aoû - 22:01

Je précise quand même que j'adore le Strauss des débuts ! Wink (je vous raconte pas le nombre de disques et K7 de Strauss que j'écoutais quand j'étais ado... évidemment c'est du pipi de chat à côté de Lemarrec mais bon ! Lol pour moi, c'était déjà beaucoup) - c'est avec ses suiveurs (Korngold et co...) que j'ai nettement plus de mal !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
SUN'JA



Messages : 189
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Charles Koechlin et le cinéma   Lun 31 Aoû - 22:54

J'ignore où tu as pu lire que j'étais un grand fan de WAXMAN. Surprised Je n'ai que deux oeuvres de ce
compositeur,ce qui est un peu juste pour en être fan. J'adore TARAS BULBA,ça c'est vrai!!! Mais,c'est déjà beaucoup plus aéré,souple et moins étouffant que le ROZSA symphonico-filmique! Si toute la musique hollywoodienne était déjà de cet acabit, j'en serais le plus ardent défenseur. A ROZSA,je préfère ALEX NORTH et sa délicate et volatile partition d'UNDER THE VOLCANO,puis THE DEAD, JOURNEY INTO FEAR...Je lui préfère évidement HERRMANN et STRAUSS,pour le peu que je connais de ce dernier,et même ROSENMAM,rien que pour le fait déjà d'avoir composé une musique aussi superbe qu'UN HOMME NOMME CHEVAL.
pour en revenir à WAXMAN,j'aime assez ce que je connais de FENÊTRE SUR COUR et mon dernier achat (ou second) de lui,est son oratorio JOSHUA que j'ai trouvé assez beau pour le peu d'écoutes que je lui ai consacré,pour le moment.
Je pense que chez ROZSA,il y a effectivement des passages magnifiques,mais que pour les
atteindre,il me faut escalader une montagne d'obstacles,de choses que je n'ai pas envie d'entendre. Ce genre d'obstacles,je peux aussi les rencontrer dans des oeuvres classiques ou filmiques de cette époque et faites par d'autres compositeurs. J'en rencontre un peu dans
ULYSSES de CICOGNINI,seulement,dans cette bande-son que j'adore,il y a un bon équilibre
entre ce qui m'intéresse moins et ce qui me plait vraiment et les meilleurs moments,assez nombreux dans cette B.O.,me font passer les autres. Je n'ai pas cet équilibre-là dans les musiques de péplums de ROZSA,au point qu'il me serait un exploit d'arriver au bout du triple cd
de EL CID.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Charles Koechlin et le cinéma   Aujourd'hui à 6:01

Revenir en haut Aller en bas
 
Charles Koechlin et le cinéma
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Auteur] Royer Louis-Charles
» Quizz Le cinéma d'horreur en Image N°4
» ciné cure rare du vieil acteur
» Home cinéma de Manson
» Lollywood, le cinéma pakistanais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum non officiel de la collection “Écoutez le Cinéma” :: Forum en français :: Général-
Sauter vers: