AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Origines et évolutions des goûts musicaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Origines et évolutions des goûts musicaux   Mar 25 Aoû - 18:30

SUN'JA a écrit:
Dans le topic sur VILLA-LOBOS,un intervenant vient de me répondre,le plus naturellement du monde,comme si il s'agissait d'une vérité absolue,que,en gros,la musique de MAHLER volait bien plus haut que celle du Brésilen. C'est sidérant,cette acuité du savoir,tout de même. j'aimerais,en musique,pouvoir être aussi affirmatif,seulement,je n'y arrive jamais.
Face à la dénégation (qui découle logiquement de la "doxa" typique du petit monde souvent très étriqué des amateurs de musique classique), il n'y a hélas pas grand chose à faire... Mais ce n'est pas forcement mieux parmi les amateurs de jazz, volontiers méprisants, puristes et tout aussi dogmatiques par rapport aux orchestrateurs, aux cordes dans le jazz, etc... le snobisme y est - peu ou prou - du même ordre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Origines et évolutions des goûts musicaux   Mar 25 Aoû - 19:01

Taboulez a écrit:
On est à des années lumière du pop-rock culte (et nul, en comparaison ! et vulgaire) des années 60/70/80 façon Beatles, Pink Floyd et compagnie.
Par rapport à ces deux derniers groupes, écoute tout de même des pistes comme celles là avant de taper dessus Wink :

http://www.youtube.com/watch?v=DbkxeIxiZ68
http://www.youtube.com/watch?v=npGKhUmfSss
http://www.jiwa.fr/#track/381424
http://www.jiwa.fr/#track/378859
http://www.jiwa.fr/#track/399743
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
SUN'JA



Messages : 189
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Origines et évolutions des goûts musicaux   Mar 25 Aoû - 21:36

C'est justement par le biais du cinéma que j'ai découvert ce groupe; "Nénette et Boni" et donc
"trouble every day" que tu cites ci-dessus. C'est un "rock" langoureux ,lancinant et même mélancolique,rarement violent et c'est pour cette raison que j'accroche. La première B.O est plus
variée en ambiances que la seconde qui s'étale un peu trop sur la même émotion. Ceci-dit,le
thème principal est superbe,je trouve. Eh oui! la violence,je l'aime davantage dans la musique
de film,en général,lorsqu'elle est esthétisée par des orchestrations adéquates.
Il y a bien deux morceaux assez violents que j'adore et auquel on peut peut-être apparenter au
rock,à la rigueur; Le générique-début de l'EXORCISTE II avec ses coups de fouet et ses dissonances aigües,puis le thème principal de REQUIEM FOR A DREAM de CLINT MANSELL,
mais dans le rock pur,je n'arrive guère à évoquer un titre qui m'ait réellement ébranlé. Quel que
soit le genre abordé,je semble rechercher...on est dans l'auto-analyse,là Very Happy ...une transposition
idéale de ce que j'aime plus que tout dans la musique au lieu d'une adaptation complète aux
différentes formes d'expressions existantes. En clair,je recherche dans le rock une transposition
possible et acceptable de ce qui m'émeut dans la forme qui m'est la plus importante,c'est-à-dire
la forme classique. Et avec le jazz,par exemple,et un groupe comme TINDERSTICKS,je la trouve.
BJÖRK fait des choses que je considère comme intéressantes et répondent à mes recherches
de transposition. En tout cas,j'ai un album d'elle et j'ai du plaisir à l'écouter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Origines et évolutions des goûts musicaux   Mar 25 Aoû - 22:15

Björk a fait effectivement plusieurs disques qui utilisent des instruments et formes savantes (harpe, musiques "contemporaines") dont également un album de jazz vocal (mais pas sous le nom de Björk). Je comprend mieux pourquoi le jazz te parle plus ! d'après l'historien René Langel :

http://astore.amazon.fr/chet-21/detail/2228893838

... à cause des disparités extrêmes des tribus africaines (j'avais étudié jadis au collège un peu l'histoire du Gabon) et de l'isolement de chacun des esclaves "dispatchés" un peu partout aux USA, le jazz s'inspirerait en réalité nettement plus des chants religieux importés d'Europe (Irlande, Angleterre, etc...) que d'éventuelles racines "africaines" réellement solides (alors que paradoxalement le rock a un aspect "tribal" qui le rapprocherait plus de celles -ci - c'est d'ailleurs une piste qu'on peut trouver dans l'intro du dico du rock en 3 volumes de Michka Assayas : http://astore.amazon.fr/chet-21/detail/2221912608 ) - donc pour le dire autrement : les racines profondes du jazz ont plus à voir avec la musique sacrée (et profane) d'origine européenne (mais totalement "repensée" par des musiciens noirs : cf le blues et les negro-spirituals) qu'avec les musiques ethniques africaines, contrairement aux musiques du Brésil (un mix entre traditions africaines authentiques, portugaises et indiennes) ou d'Haïti (fortes traditions purement africaines là encore).

Bien plus crédible et réaliste que de nombreuses théories plus ou moins fumeuses de certains musicologues (le balafon africain qui "donnerait" le piano jazz, ou pire encore la corne d'appel africaine qui donnerait le sax... mouais...) la théorie de Langel (qui a scandalisé évidemment tous les puristes et ayatollahs du jazz qui l'ont traîné dans la boue) expliquerait bien des choses sur le plan musicologique : notamment le fait qu'à partir d'un folklore noir-américain unique au monde, l'évolution du jazz s'est rapproché par certains côtés de celle de la musique classique (avec des périodes "classiques", "lyriques","impressionnistes " puis "abstraites", "atonales", etc...) et surtout que d'un point de vue sociologique, leur public soit actuellement quasiment les mêmes (à quelques nuances près bien entendu, il existe évidemment des jazzmaniaques qui détestent le classique).

Pour en revenir au rock, il faudrait que tu t'intéresses sérieusement aux chansons rock les plus élaborées (et laisse tomber l'aspect tribal ou "africain" qui ne te plaira visiblement jamais), quand tu parviendras à remettre le son sur ton ordinateur, essaye d'écouter les morceaux dont je t'ai mis les liens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
SUN'JA



Messages : 189
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Origines et évolutions des goûts musicaux   Mer 26 Aoû - 11:56

Le jazz a toute les qualités requises qui me permettent d'ignorer le mur que l'on tente toujours d'ériger entre lui et le pôle classique,et ce sont très certainement les compositeurs qui tentent,par leur imagination,de démolir ce mur,qui m'interpellent le plus,ce qui,au fond,n'a rien d'étonnant, lorsque l'on connaît mon approche de la musique. Ainsi,un auteur comme Guillaume de Chassy
introduit dans sa cantate jazz dont le titre est déjà très révélateur de cette conciliation,certains
aspects de la musique de Prokofiev et de Debussy,tout en puisant aux origines du flamenco et,ma fois,le résultat propose un jazz impur fort rafraichissant,faute de quelque chose de très ambitieux. Pour celà,on peut éventuellement remonter à Marius Constant et à certaines de ses oeuvres comme STRESS pour trio de jazz,piano,quintette de cuivres et percussion,avec la participation hautement significative de Martial Solal. Que peut on dire alors de cette oeuvre sinon qu'elle fut la réponse potentielle à une longue interrogation sur une synthèse possible entre le jazz émergeant dans nos contrées européennes à la manière de la lave brûlante d'un volcan,et la musique dite sérieuse. Il y eut bien quelques tentatives de synthèses mais sans qu'il y ait de
résultats probants en la matière: D'une part le jazz devient un objet pittoresque,exotique et,d'autre
part,la musique "savante" est abordée avec maints complexes. STRESS fut donc la rencontre
inopinée entre deux artistes,Constant et Solal,chacun en parfait érudit dans leur domaine respectif. La perspective fut de se réunir afin de créer un échange,un dialogue non complaisant,
parsemé de heurts,de conflits,de chocs. D'un côté l'univers "solalien" fait de lignes perlées,de
pulsations--dérapages aux temps fort décalés et de subtils schèmes harmoniques; l'autre monde,représenté par Constant,en timbres rares,ajoutant à la "farben-mélodie" une construction
nouvelle des résonances naturelles,au trait imprévu,dans une forme rigoureuse. Le résultat: deux
mondes en fusion aux discours opposés ou fondus. STRESS fut créé par les mêmes interprètes
en 1977 au Festival de jazz de Chateauvallon.
J'aimerais beaucoup que cette oeuvre soit rejouée ainsi que d'autres opus de MARIUS CONSTANT qui le mérite bien.
Dans la seconde partie de mon message,si tu l'acceptes,je te parlerai de PETE RUGOLO et de
ROBERT F.GRAETTINGER et d'une oeuvre très intéressante intitulée CITY OF GLASS I & II. Rien
à voir avec PHILIP. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Origines et évolutions des goûts musicaux   Mer 26 Aoû - 15:45

Citation :
Le jazz a toute les qualités requises qui me permettent d'ignorer le mur que l'on tente toujours d'ériger entre lui et le pôle classique
Ce mur est de moins en moins existant ! le jazz est maintenant de plus en plus une musique "sanctifiée", acclamée, fêtée et pieusement analysée, il est très loin le temps des anathèmes de Adorno et co... Maintenant c'est presque le contraire ! la moindre critique envers le jazz - musique "dominante" - est ressentie soit comme un aveu de son (extrême !) mauvais goût soit comme un "racisme culturel" insupportable - je ne te raconte pas le nombre de fois qu'on m'a taxé de "blocage", de "problème", d'inculture ou autre parce que je ne parviens pas à réellement aimer le jazz... En fait quelqu'un qui n'aime pas le jazz est immédiatement relégué dans les catégories des "philistins", des affreux incultes qui ne s'intéressent qu'au rock et à la chanson, en fait il va maintenant de soi qu'un individu "cultivé" appréciant le classique de surcroît se doit naturellement d'aimer le jazz (ou au pire de faire semblant !)... C'est dire la mutation sociale colossale que le jazz a vécu en moins d'un siècle !

D'une esthétique "dominée", méprisée, presque "honteuse", d'un "folklore" à peine toléré et d'une musique rythmée et "tendance" pour faire danser les gens, nous sommes passé à une musique élitiste, extrêmement sophistiquée, à écouter assis et - très souvent - "la tête entre les mains"... En fait le jazz est devenu un genre "aristocratique", "installé" et aussi intouchable que le classique (les statistiques sur les auditeurs de jazz ne laissent planer aucun doute sur le niveau scolaire et les statuts sociaux de ces derniers)... tandis que d'autres musiques (musique de film, bossa nova et certaines formes très savantes de rock comme le rock expérimental allemand des 70s) peinent encore à être tolérées et reconnues - malgré toutes leurs qualités, et c'est ce type de musiques que je souhaite défendre ici - le jazz et le classique n'ont plus besoin d'être défendus ! d'autres que moi s'en chargent bien mieux...

Citation :
Ainsi,un auteur comme Guillaume de Chassy
introduit dans sa cantate jazz dont le titre est déjà très révélateur de cette conciliation,certains aspects de la musique de Prokofiev et de Debussy,tout en puisant aux origines du flamenco et,ma fois,le résultat propose un jazz impur fort rafraichissant,faute de quelque chose de très ambitieux.
Un Lalo Schifrin a souvent fait ça, de même que Ornette Coleman ("Skies of America" avec le London Symphony Orchestra) - sans parler des oeuvres savantes d'un Duke Ellington - j'apprécie toutes ses passerelles bien que généralement les puristes ne les aiment guère... un Michel Portal a - par exemple - bien du mal à se faire reconnaître à la fois comme jazzman et comme musicien "classique", il y avait un livre de Bernard Lehmann qui racontait le mal-être d'un tel musicien le "cul entre deux chaises" :

http://astore.amazon.fr/chet-21/detail/2707136034/

car il avait le malheur d'être à la fois trompettiste (je crois) de jazz et d'officier également dans un orchestre classique : à cause de cette double casquette, il était rejeté de tout côté ! en France, nous n'aimons pas les "mélanges".

Citation :
Pour celà,on peut éventuellement remonter à Marius Constant et à certaines de ses oeuvres comme STRESS pour trio de jazz,piano,quintette de cuivres et percussion,avec la participation hautement significative de Martial Solal.
Je l'ai écouté il y a quelques années mais je l'ai déjà oublié... il faut que je le réécoute - là encore il s'agit d'un incunable absolument introuvable de nos jours ! Wink tu connais peut-être aussi le disque "Martial Solal joue Michel Magne" dont j'ai parlé ici même dernièrement ?

De Constant, j'apprécie surtout son orchestration de "Gaspard de la nuit" mais en tant que compositeur contemporain, on ne trouve quasiment pas de disques...

Citation :
Dans la seconde partie de mon message,si tu l'acceptes,je te parlerai de PETE RUGOLO et de
ROBERT F.GRAETTINGER et d'une oeuvre très intéressante intitulée CITY OF GLASS I & II. Rien
à voir avec PHILIP.

Mais il n'y a aucun problème, tu es ici chez toi ! Wink

Et n'hésite pas non plus à fouiller le site quand tu auras le temps, je suis sûr que tu as des tas de choses passionnantes et érudites à nous raconter sur un peu tout le monde (Sarde, Misraki, Delerue, Legrand, etc...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
Taboulez



Messages : 310
Date d'inscription : 02/07/2008
Age : 31

MessageSujet: Re: Origines et évolutions des goûts musicaux   Mer 26 Aoû - 17:53

Je connaissais déjà tes extraits des Beatles, et c'est comme d'habitude, ça donne cette impression qu'ils essayent parfois d'élaborer des trucs au dessus de leurs moyens, ce qui fait que (malgré l'apport probable d'un arrangeur pour essayer de faire tenir le tout un peu mieux) ça donne quelque chose de franchement pas naturel ni très fluide...

Par contre les extraits de Pink Floyd sont très intéressants, ce qui m'amène à penser que:
- soit ce sont des schyzophrènes patentés, un peu comme Vladimir Cosma, capables de livrer des trucs pas terribles s'étendant sur des pans entiers de leur carrière, tandis qu'à côté ils auraient conçus des choses bien meilleures.
- soit, sur certains albums (dont celui que tu présentes), ils auraient fait appel à un ou des collaborateurs beaucoup plus ambitieux qu'eux pour chapeauter le projet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Origines et évolutions des goûts musicaux   Mer 26 Aoû - 18:53

Mais les Pink Floyd ont souvent été très expérimentaux, et sur l'album que je t'ai présenté, je crois qu'ils ont tout fait eux-même... Mais si tu veux de l'expérimental pur et dur, il faut que tu ailles fouiner du côté des allemands : Can mais surtout Neu! et Faust (de la vraie musique électroacoustique compilée d'ailleurs dans des anthologies "savantes")

Sinon tu es vraiment sévère par rapport aux Beatles, n'oublie pas qu'ils n'avaient aucune connaissance en solfège, le "She's leaving home" est une véritable prouesse de la part de néophytes en matière de mélodie et d'harmonie (je ne parle évidemment pas des orchestrations qui sont dues à Mike Leander) - à noter que pour "Eleanor Rigby" - que je n'ai pas cité - l'arrangeur s'est inspiré de Bernard Herrmann...

Je le répète une dernière fois : on ne peut pas comparer les oeuvres de musiciens formés au conservatoire (ce n'était ni le cas des Beatles ni des Floyds) et des chansons rock - les critères qualitatifs sont obligatoirement différents...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Origines et évolutions des goûts musicaux   Mer 26 Aoû - 19:21

J'ai trouvé à l'instant un article vraiment bien foutu et simple pour essayer de faire comprendre le rock à des gens qui viennent du classique (lisez tout l'article consacré au krautrock - rock allemand expérimental des années 70) :

http://books.google.fr/books?id=iuiHvXU_f7oC&q=krautrock#v=snippet&q=krautrock&f=false

J'aime beaucoup cette définition :
Citation :
L'essence rythmique du rock - ce qui le différencie du jazz - est une sorte de force compulsive proche du mouvement mécanique

j'ajouterais également que le rock m'attire plus que les répétitifs "savants" comme Reich, Glass et co, parce qu'il parvient bien mieux qu'eux à traduire ce mouvement ! (sans parler des couleurs, des harmonies et des sons souvent inventifs qu'on retrouve dans les meilleurs titres rocks)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
SUN'JA



Messages : 189
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Origines et évolutions des goûts musicaux   Mer 26 Aoû - 23:37

Pour l'info,j'ai déjà parcouru certains sites et,le moment venu,j'y collerai quelques uns de mes commentaires. J'aimerais bien réactiver des topics un peu endormis. Mais il me faut du temps.
Par exemple; Pour évoquer ce que la musique de Paul Misraki m'inspire,il faut que je sois déjà
dans l'ambiance de son oeuvre,que j'en sois de nouveau imbibé. Parce qu'il y a longtemps que je ne l'ai écouté et que,depuis,beaucoup d'autres univers très différents m'ont imbibé. Very Happy
Marius Constant fut un compositeur qui devint bien vite confidentiel et son oeuvre est d'une saveur discrète,toute fois,j'y suis profondément attaché,qu'il s'agisse de ses 14 STATIONS,le STRESS déjà évoqué,certaines de ses délicates pièces de chambre réunies sous le titre de STRINGS,son ORATORIO "des droits de l'homme",ses concertos;pour violon,cor,saxophone, trombone et même un pour orgue de barbarie!! Y a-t-il un autre fou au monde qui ait osé un concerto pour cet instrument depuis celui de Constant,premier du genre?

Pete Rugolo est né en Sicile en 1915 et serait un des premiers à introduire des éléments de
musique savante conditionnés par Bartok et Stravinsky au sein d'un jazz qu'il trouvait sans doute
trop pure,avant André Previn et Lalo Schifrin,[ce dernier étant celui par lequel mon goût pour le
jazz s'affirma. (Avec Quincy Jones.)] Il fut aussi l'un des premiers,dans le monde du jazz,à lorgner
du côté du cinéma et la télévision. Il est par ailleurs,responsable de la séduisante partition de la
série-culte LE FUGITIF. A savoir aussi qu'il appartint à cette génération de compositeurs et arrangeurs de jazz qui étudièrent auprès de Darius Milhaud. L'oeuvre de celui-ci reste assez
clandestine. Dans sa collaboration en tant que compositeur-arrangeur avec Stan Kenton entre
1945-1949 amena,entre autres,un MIRAGE fabuleux de 4minutes environ où le jazz ne semble plus que le fantôme de lui-même au sein d'une construction symphonique très classique et
parcourue de barrissements cuivrés et très dissonants.
Robert F. Graettinger naquit en 1923 dans dans la petite ville d'Ontario,en Californie. On ignore
presque tout de ce qui se rapporte à ses débuts de musicien,hormis qu'il jouait du saxophone
lorsqu'il était au lycée. C'est quelqu'un qui plaça dès le départ,beaucoup d'ambition dans ses
compositions qui finirent par séduire Stan Kenton. Celui-ci vit en RFG celui qui pourrait l'aider de
se défaire de l'image de "dance-band" qui leur collait à la peau,d'une part, et à se produire dans
des salles prestigieuses telles que le Carnegie Hall. C'est en février 1948,que l'on pourrait dire
qu'un jazz savant et intellectuel prend forme sous les traits révolutionnaires (ou vu comme telle
par le saxophoniste Art Pepper,sous le titre accrocheur de CITY OF GLASS. Art Pepper la vanta
comme une oeuvre d'un exercice musical incroyablement difficile.
Un certain Paul Lansink écrivit en 1955: << avec des sonorités que l'on oublie pas facilement, c'est plus qu'une simple partition qui est jouée ici. Les limites de la musique -- celles que nous
connaissions jusqu'à présent -- sont franchies de manière véritablement géniale. Cette suite;
City of Glass; fraye un chemin vers une nouvelle culture musicale,vers une expression vitale et
dramatique,unissant instinct et intelligence >>
Peut-on dire que cette oeuvre ressuscitée par l'Ebony Band et Gunther Schuller,fut l'anticipation
la plus nettede ce que le jazz était amené à devenir,quelques décennies plus tard,un nouveau
visage de la musique savante et légitime?
Graettinger était un grand type de 1m95 qui se plaisait à vivre dans les endroits les plus pauvres
et habitait un camping-car. Ne dormant presque jamais,il considérait que la tombe était l'endroit
pour ça. Il s'endormit définitivement en 1957.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SUN'JA



Messages : 189
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Origines et évolutions des goûts musicaux   Mer 26 Aoû - 23:54

Est-ce saugrenu si j'estime que le jazz,par besoin de reconnaissance et de légitimité,s'est "perverti",
s'est intellectualisé,qu'il l'a fait dans cet unique objectif de consécration ou est-ce l'évolution
logique d'un art solide que je m'évertue,à tort,à suspecter ? Au fond,est-ce que le rock n'a pas su ou pu évoluer suffisamment pour accéder à cette reconnaissance ou est-il tout simplement encore trop
jeune? Autre question: Est-ce le meilleur du rock qui est,aujourd'hui,le mieux diffusé ou est-il plus
que le jazz et le classique,victime du mercantilisme?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Origines et évolutions des goûts musicaux   Jeu 27 Aoû - 0:55

SUN'JA a écrit:
Est-ce saugrenu si j'estime que le jazz,par besoin de reconnaissance et de légitimité,s'est "perverti",
s'est intellectualisé,qu'il l'a fait dans cet unique objectif de consécration ou est-ce l'évolution
logique d'un art solide que je m'évertue,à tort,à suspecter ? Au fond,est-ce que le rock n'a pas su ou pu évoluer suffisamment pour accéder à cette reconnaissance ou est-il tout simplement encore trop
jeune?
Le rock a déjà connu bien des périodes et bien des styles ! (il existe même du rock atonal voire microtonal !) j'essayerais de vous proposer quelques extraits de Faust demain ! franchement certains n'ont absolument rien à envier à la musique "sérieuse" la plus expérimentale ! non, le rock est effectivement trop jeune, il n'a pas assez de "bouteille" et pire encore, fait encore trop "danser les gens" ! Wink (ce que le jazz ne fait plus, preuve éclatante de sa nouvelle "respectabilité")

SUN'JA a écrit:
Autre question: Est-ce le meilleur du rock qui est,aujourd'hui,le mieux diffusé ou est-il plus
que le jazz et le classique,victime du mercantilisme?
Le meilleur du rock est évidemment également le moins divulgué ! on entend très peu souvent dans les médias courants des artistes comme Scott Walker, Colin Newman et tous les autres que j'ai cité ! des groupes allemands comme Can, Neu! ou Faust sont restés longtemps confidentiels chez nous (contrairement à l'Allemagne et à l'Angleterre), en dehors d'une minuscule poignée d'amateurs. Et puis il ne faut pas s'attendre à des miracles non plus dans le monde du rock : les trucs les plus expérimentaux ne rapportent pas un sou aux majors ! un seul exemple : le disque de Scott Walker dans lequel on trouve l'époustouflante "mélodie" (car peut-on réellement encore réduire ça à une simple chanson ?) "Sleepwalkers Woman" s'est le plus mal vendu de tout le catalogue Virgin !! (même le complètement délirant "Faust tapes" de Faust s'est mieux vendu que lui ! alors que pourtant il est gratiné !).

Tout comme dans le jazz, les artistes les plus accrocheurs et les plus faciles d'écoute (Madonna, Michael Jackson et co....) continueront à mieux se vendre que les "disques pour connaisseurs" (dont certains se vendent d'ailleurs aussi chers que sur les marchés de collectionneurs de jazz).

PS : Taboulez, savais-tu que John Lennon (membre des Beatles comme tu le sais !) avait fait des albums complètement électro-acoustiques et très difficiles d'accès aux débuts de sa période solo avec Yoko Ono ? franchement ça pourrait t'étonner....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Origines et évolutions des goûts musicaux   Jeu 27 Aoû - 1:00

SUN'JA a écrit:
Pete Rugolo est né en Sicile en 1915 et serait un des premiers à introduire des éléments de
musique savante conditionnés par Bartok et Stravinsky au sein d'un jazz qu'il trouvait sans doute
trop pure,avant André Previn et Lalo Schifrin,[ce dernier étant celui par lequel mon goût pour le
jazz s'affirma. (Avec Quincy Jones.)] Il fut aussi l'un des premiers,dans le monde du jazz,à lorgner
du côté du cinéma et la télévision. Il est par ailleurs,responsable de la séduisante partition de la
série-culte LE FUGITIF. A savoir aussi qu'il appartint à cette génération de compositeurs et arrangeurs de jazz qui étudièrent auprès de Darius Milhaud. L'oeuvre de celui-ci reste assez
clandestine. Dans sa collaboration en tant que compositeur-arrangeur avec Stan Kenton entre
1945-1949 amena,entre autres,un MIRAGE fabuleux de 4minutes environ où le jazz ne semble plus que le fantôme de lui-même au sein d'une construction symphonique très classique et
parcourue de barrissements cuivrés et très dissonants.
Robert F. Graettinger naquit en 1923 dans dans la petite ville d'Ontario,en Californie. On ignore
presque tout de ce qui se rapporte à ses débuts de musicien,hormis qu'il jouait du saxophone
lorsqu'il était au lycée. C'est quelqu'un qui plaça dès le départ,beaucoup d'ambition dans ses
compositions qui finirent par séduire Stan Kenton. Celui-ci vit en RFG celui qui pourrait l'aider de
se défaire de l'image de "dance-band" qui leur collait à la peau,d'une part, et à se produire dans
des salles prestigieuses telles que le Carnegie Hall. C'est en février 1948,que l'on pourrait dire
qu'un jazz savant et intellectuel prend forme sous les traits révolutionnaires (ou vu comme telle
par le saxophoniste Art Pepper,sous le titre accrocheur de CITY OF GLASS. Art Pepper la vanta
comme une oeuvre d'un exercice musical incroyablement difficile.
Un certain Paul Lansink écrivit en 1955: << avec des sonorités que l'on oublie pas facilement, c'est plus qu'une simple partition qui est jouée ici. Les limites de la musique -- celles que nous
connaissions jusqu'à présent -- sont franchies de manière véritablement géniale. Cette suite;
City of Glass; fraye un chemin vers une nouvelle culture musicale,vers une expression vitale et
dramatique,unissant instinct et intelligence >>
Peut-on dire que cette oeuvre ressuscitée par l'Ebony Band et Gunther Schuller,fut l'anticipation
la plus nettede ce que le jazz était amené à devenir,quelques décennies plus tard,un nouveau
visage de la musique savante et légitime?
Graettinger était un grand type de 1m95 qui se plaisait à vivre dans les endroits les plus pauvres
et habitait un camping-car. Ne dormant presque jamais,il considérait que la tombe était l'endroit
pour ça. Il s'endormit définitivement en 1957.

Merci beaucoup pour toutes ces infos précises, ça m'a l'air très intéressant, on trouve facilement leurs disques ou il s'agit là encore d'incunables ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
SUN'JA



Messages : 189
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Origines et évolutions des goûts musicaux   Jeu 27 Aoû - 8:53

Malheureusement,il s'agit encore là d'incunables! A mon avis,plus difficile à trouver que
les opéras de PRODROMIDES!! Si Jussieu-jazz n'avait pas mis la clé sous la porte,triste destin
qui guette beaucoup de petits magasins du disque à Paris,une oeuvre telle que CITY OF GLASS
aurait peut-être pu éventuellement se trouver,mais maintenant... C'est sur ce cd que figure aussi
le MIRAGE de RUGOLO. Pour moi,ce cd est comme un témoignage d'une époque où le jazz
prit peut-être une autre tournure,une autre dimension,époque où musiciens blancs et noirs jouaient
une musique qui avait les mêmes racines,les mêmes rythmes,les mêmes envies de rendre
heureux,une époque où les noirs n'avaient toujours pas les mêmes droits que les blancs et demeuraient donc les continuelles victimes d'un racisme officiel et étatisé,des noirs et des blancs
qui moururent ensemble sur les plages de Normandie,trois ans avant la création de CITY OF
GLASS,au nom de la liberté des peuples,quelques furent leur religion et leur couleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Origines et évolutions des goûts musicaux   Jeu 27 Aoû - 10:17

Tu comprends maintenant pourquoi il est si difficile de dialoguer avec des gens comme toi ou Julien lorsque les capitaux culturels détenus sont si inégaux ! (on pourrait presque parler de "patrimoine culturel", un patrimoine qui n'a pu se développer et s'enrichir que grâce à des "fournisseurs" qui n'existent d'ailleurs plus ou n'ont existé qu'à une époque bien précise et dans un seul lieu : Paris) si je vous embête régulièrement avec ce type de topics-pensums dont j'ai le secret :

http://frenchsoundtracks.phpbb9.com/general-f6/inegalites-culturelles-au-sein-des-amateurs-t283.htm

c'est que ce fossé a tendance à se creuser de jour en jour ! et dans l'aveuglement total des intéressés... il est loin le temps où les connaissances glanées à l'école, quelques livres ou journaux suffisaient à établir une communication enrichissante entre 2 amateurs...

Je le répète : sur Krishna Levy, Solal, le jazz et presque tout en matière de musique, je n'ai pas le 1/100ème de tes connaissances - encore moins tes facilités de "terrain" (médiathèque modeste de province et relativement peu de disques par rapport à d'énormes collectionneurs vivants dans les très grandes villes, etc...), ce qui implique forcement un rapport faussé "maitre-élève" toujours dans un seul sens (le "maître" enseigne, "l'élève" - démuni - ne peut qu'écouter), sauf si j'arrive à t'amener sur un terrain dans lequel ta science est moins étendue... Wink


Dernière édition par kfigaro le Jeu 27 Aoû - 11:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Origines et évolutions des goûts musicaux   Jeu 27 Aoû - 10:56

Voilà, comme promis, une piste de Faust (rock allemand) tirée de leur album le plus expérimental :
http://www.jiwa.fr/#track/1178470

Cette piste (de l'electro-acoustique mais qui reste "rock") a été compilée dans l'album très sérieux "An anthology of noise and electronic music vol.3".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
SUN'JA



Messages : 189
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Origines et évolutions des goûts musicaux   Jeu 27 Aoû - 11:15

Dans ce cas-là,ouvrons un forum sur la littérature et ce sera moi l'élève,un bien piètre élève d'ailleurs et qui n'a même pas l'excuse d'habiter une région défavorisée en magasins du livre.
Il y en a de très spécialisés entre Odéon et St Michel,magasins dans lesquels,honte à moi,je n'ai
jamais mis un pied,pas même un orteil ! En fait,s"il n'y avait pas eu pour moi,tout ce choix dans le
domaine musical,je me dis que la littérature aurait pu bénéficier d'une meilleure place dans ma
vie. La littérature est un art ou moyen d'expression aussi noble que la musique et ma modeste
connaissance,voire le manque d'intérêt que je lui porte me frustre,crois-moi ! Le temps que je
passe à écouter des musiques,je ne l'ai pas pour lire...et n'ai que le temps imparti aux trajets qui
me mènent au travail pour enfin me consacrer à la lecture,sauf que les bruits et l'agitation dans
les rames du métro ne facilitent pas la concentration.
Allons,allons!! Nous sommes complémentaires et n'il n'est pas nécessaire de tout connaître en
musique pour avoir quelque chose à dire d'intéressant sur le sujet,tu le sais bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Origines et évolutions des goûts musicaux   Jeu 27 Aoû - 11:42

Même en matière de "littérature", mes connaissances sont extrêmement lacunaires je te rassure immédiatement ! il ne faut surtout pas se fier aux apparences.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Origines et évolutions des goûts musicaux   Aujourd'hui à 6:05

Revenir en haut Aller en bas
 
Origines et évolutions des goûts musicaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le bestiaire mythologique : les origines
» Tendeurs musicaux (Heiber, déchirures, déformations)
» Les meilleurs moments musicaux du Whedonverse
» Ginger Snaps : Aux origines du mal
» Les Origines de Noël

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum non officiel de la collection “Écoutez le Cinéma” :: Forum en français :: Général-
Sauter vers: