AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Miklós Rózsa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Miklós Rózsa   Lun 1 Sep - 10:23

Odelay a écrit:
Le cid : On peut ne pas être fana du golden age (c'est vrai que certaines partitions n'ont pas très bien vieillies), mais cette musique c'est quand même un sacré morceau! J'ai le CD simple de la vraie BO, c'est un de ceux que j'écoute le plus de cette époque. Cet enregistrement devrait quand même être une date dans l'édition discographique de la musique de film (comme l'a été le nouvel enregistrement par un orchestre russe de FARHENHEIT 451 d'Herrmann qui était vraiment excellent)

Pour "Fahrenheit 451" (ré-enregistrement), je l'ai aussi et c'est absolument sublime mais musicalement parlant c'est le jour et la nuit avec Rozsa... De toute façon rien à faire, je n'ai jamais accroché aux orchestrations de Rozsa (sauf à ses débuts : "Le voleur de Bagdad", certains passages du "Livre de la jungle", "Four feathers"...), je les trouve lourdes, étouffantes, trop perpétuellement assombries et bourrées de pathos grandilocquent..., et même quand j'aime ses rythmes ou mélodies ("The killers"), il faut toujours qu'il les "gâche" avec une orchestration trop dense et touffue à mes oreilles, rien à voir par exemple avec un Alex North, avec sa translucidité d'une extrême délicatesse, qui personnellement me bouleverse bien plus...

Sinon j'adore littéralement certaines partitions du Golden Age (l'avant-gardiste "The thing from another world" de Tiomkin pour ne citer que lui, "King Kong", "La belle et la bête") mais pas forcement tout...


Dernière édition par kfigaro le Sam 20 Sep - 0:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
odelay



Messages : 224
Date d'inscription : 06/07/2008

MessageSujet: Re: Miklós Rózsa   Lun 1 Sep - 23:30

C'est sur que là, fau pas insister Very Happy.

Et "Providence" ou "La Vie Privée de Sherlock Holmes" (ressorti aussi dans une superbe interprétation dirigée également par Nic Raines), pas client non plus?
Pour moi, avec El Cid, ce sont des classiques abolus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Miklós Rózsa   Lun 1 Sep - 23:42

Si, "Providence" j'aime beaucoup, c'est un peu plus sobre et chambriste... ça passe bien mieux (et le film est réalisé par un français, ce qui nous recentre sur le sujet qui nous intéresse en priorité ici ! Wink)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
Stéphane



Messages : 20
Date d'inscription : 09/07/2008

MessageSujet: Re: Miklós Rózsa   Jeu 18 Sep - 16:43

Bien que fou de Rozsa, je conçois aisément qu'on apprécie moyennement sa musique.

Cette discussion illustre parfaitement l'opposition Brahms / Debussy.

la musique de Rozsa est très "terrienne", comme celle de Brahms à laquelle elle ressemble par bien des côtés. Il n'y pas de mystère chez Rozsa, pas d'atmosphère étranges, suspendues, de recherche de raffinement.
Au contraire, on est toujours dans la force ou la passion. Rozsa ne laisse pas "respirer " la musique, c'est en général le principal "grief" de ceux qui ne l'aiment pas.
Son écriture est très serrée et se développe sur une même ligne, il ne cherche pas les valeurs de contrastes ou d'ambigüité, par exemple, que ce soit en terme d'orchestration ou de thématique. D'où ce côté opaque, sourd, pesant, voire monotone qu'on lui reproche.

Mais la vraie question, comme toujours, est finalement de savoir ce que l'on recherche quand on écoute de la musique. A-t'on envie d'excitation, d'énergie, de tension, d'émotions exprimées avec le maximum force plutôt qu'avec le maximum de nuance ?
Si oui (c'est mon cas), on adorera Rozsa pour ces raisons précises, sinon, on préférera Herrmann, North, ou Debussy. On peut aussi bien évidemment apprécier pareillement tous ces musiciens (et c'est encore mon cas).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Miklós Rózsa   Jeu 18 Sep - 17:11

Stéphane a écrit:
Rozsa ne laisse pas "respirer " la musique, c'est en général le principal "grief" de ceux qui ne l'aiment pas.
Oui c'est exactement l'effet que ça me fait, une musique véritablement "étouffante", suffocante même... trop dense en fait, trop "remplie" de partout. Tu as tout pigé !

On a souvent comparé Rozsa à son compatriote Béla Bartók mais je trouve cette comparaison bien exagérée et inappropriée car Bartók, lui, savait parfaitement ménager des temps de répit et de respiration comme dans cette magnifique pièce par exemple :

http://www.jiwa.fr/#track/134619

mais mis à part dans certains scores que j'ai cité avant ("Thief of Bagdad", le méconnu "Four feathers" et éventuellement le très debussyste "Lust for life" pour lequel Rozsa emprunte carrément 3 ou 4 mesures à l'identique des "Epigraphes antiques" de Debussy...), je ne retrouve absolument jamais une telle délicatesse et une telle "dentelle" orchestrale...

Stéphane a écrit:
Mais la vraie question, comme toujours, est finalement de savoir ce que l'on recherche quand on écoute de la musique. A-t'on envie d'excitation, d'énergie, de tension, d'émotions exprimées avec le maximum force plutôt qu'avec le maximum de nuance ? Si oui (c'est mon cas), on adorera Rozsa pour ces raisons précises, sinon, on préférera Herrmann, North, ou Debussy. On peut aussi bien évidemment apprécier pareillement tous ces musiciens (et c'est encore mon cas).
Oui bien sûr, tout repose de toute façon sur ce que l'on recherche (consciemment ou non) en matière de musique, on en revient toujours là...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
DelaNuit



Messages : 41
Date d'inscription : 12/09/2008
Age : 47
Localisation : Nantes

MessageSujet: Re: Miklós Rózsa   Jeu 18 Sep - 22:29

Effectivement. Je trouve aussi que l'on a trop souvent tendance à ne voir chez Rozsa que ses ouvertures massives en oubliant son travail de "source musique" avec instruments d'époque et ses thèmes d'amour.

Pour se faire une idée de la palette de Rozsa dans sa globalité, l'écoute de sa partition pour la coproduction "Sodome et Gomorrhe" dont je parlais plus haut me semble essentielle. Outre les thèmes massifs habituels (chargés en l'occurence de fatalité), on peut y rêver à d'antiques cités pêcheresses païennes grâce aux nombreuses danses lascives et aures mélodies plus subtiles telles que le thème de la favorite de la reine ou celui de la pastorale au bord du Jourdain... Pour les amateurs !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Miklós Rózsa   Ven 19 Sep - 1:26

Je dois avoir ça en stock, j'écoute et je te dirais ce que j'en pense... sinon pour le chant de Néron sur "Quo Vadis", tu peux me dire si on le trouve sur le CD Decca de la BO ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
DelaNuit



Messages : 41
Date d'inscription : 12/09/2008
Age : 47
Localisation : Nantes

MessageSujet: Re: Miklós Rózsa   Ven 19 Sep - 20:06

Hélas non, le CD Decca ne présente pas le chant de Néron en lui même, mais reprend le thème brièvement pendant l'incendie de Rome et surtout au moment de la mort de Néron, où la citation est beaucoup plus explicite.

Plusieurs "source musiques" sont particulièrement réjouissantes sur le CD, inspirées de sources antiques : une danse assyrienne pendant une orgie au palais de Néron, un hymne au printemps des vierges vestales, accompagnant des danses tourbillonnantes sur le parvis du palais avant une invocation aux dieux.

Citons aussi la musique accompagnant le dernier banquêt de Pétrone, mais les instruments d'époque laissent vite la place à l'orchestre symphonique habituel pour développer le thème.

Ah, oui, aussi, l'hymne chrétien du final serait inspiré d'un hymne antique à la déesse Némésis.

Sur le Cd Decca (fort incomplet, seulement trois quarts d'heures de musique), Rozsa conduit lui même en 1978 le Royal Philarmonic Orchestra and Chorus de Londres, avec plus de subtilité me semble t-il que les enregistrements de l'époque du film.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Miklós Rózsa   Ven 19 Sep - 20:26

Merci, il faut maintenant que j'écoute tout ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Miklós Rózsa   Sam 20 Sep - 0:45

DelaNuit a écrit:
Sa composition pour le "Sodome et Gomorrhe" de Robert Aldrich et Sergio Leone (1961 ou 62), coproduction avec Anouk Aimée en reine lesbienne blasée, me semble plus subtile que les autres grands spectacles de Rozsa en terme d'orchestration. Un double Cd de la presque intégrale a été édité l'an dernier chez "Digitmovies Alternative Entertainment".




J'ai écouté l'édition double à l'instant (je connaissais déjà le générique de style oriental).

Mes pistes préférées sont le magnifique "Intermezzo" sur le CD 2 (une très grande pièce bien orchestrée, plus "légère" et sobre, en fait proche d'un Rimski Korsakov, là je n'ai rien à redire) et j'aime aussi le début frémissant de "Messengers of Jehovah" (pour choeur et orchestre un peu plus léger et ravelien que d'habitude)

J'aime effectivement vraiment beaucoup les musiques de sources "antiques" orientalistes : harpe solo, volutes tournoyantes de bois, tam-tam, flûte et percussions, etc... elles me rappellent pas mal le travail de Herrmann sur "Jason et les argonautes" (la scène dansée dans le palais du roi Éétès).

Globalement je crois que j'ai trouvé les tics qui m'agacent le plus chez lui :

- ses mélodies oscillent souvent entre le martial un peu rigide avec une écriture homophonique (mais en même temps idéale pour le genre du péplum !) ou alors au contraire tombent dans un "hénaurme" pathos tragique un peu exagéré voire stéréotypé...

- il abuse trop souvent des roulements (ou ostinatos) de timbales avec un max de trémolo de cordes (surtout dans les graves) qui empêchent justement à sa musique de "respirer" (alors que pourtant il a souvent tout un tas de bonnes idées orchestrales : percussions, harpe, bois).

- et pour finir, j'ai remarqué qu'il utilise également très souvent la technique du canon, un thème est d'abord énoncé par un bois, un cuivre ou un violon puis à chaque fois il est repris quasiment à l'identique en canon par les cordes et cuivres graves, à priori c'est courant mais le problème c'est qu'il utilise ce procédé vraiment sans arrêt ce qui rend son écriture assez prévisible !

Mais bon ça ne l'empêche pas de créer parfois de superbes mélodies puissamment inspirées notamment dans l'"Intermezzo" par exemple.

Quelques extraits ici :
Sodom and Gomorrah - Musica Per Lira
Sodom and Gomorrah - L'Incontro
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
dadid



Messages : 52
Date d'inscription : 16/10/2008

MessageSujet: Re: Miklós Rózsa   Dim 19 Oct - 0:15

Kfigaro, permet-moi d'ajouter ma petite pierre à l'éloquence de Stephane (qui connait mon goût pour la musique de Rozsa Wink )

J'ai toujours trouvé dans sa musique quelque chose "d'adolescent", en ce sens justement que la violence, la rage, la puissance ainsi qu'une passion extravertie y sont presque toujours omniprésents - et c'est peut-être pour ça que cette musique m'a touché, étant ado ! C'est une musique terrienne, en effet, qui ne cherche pas la hauteur de vue plus "intellectuelle" d'un North. Toutefois, sa musique de concert permet de relativiser ce fait, je crois - même si on y retrouve son étonnante rage très premier degré (en contraste avec la grande gentillesse et l'humour de la personne).

Aussi, Kfig', et s'il ne faut pas chercher chez Rozsa des subtilités que tu peux trouver ailleurs, n'hésite pas à écouter son Julius Caesar qui, hormis l'ouverture et les quelques marches romaine inhérentes à l'histoire, pourrait aussi te séduire par son style plus contenu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stéphane



Messages : 20
Date d'inscription : 09/07/2008

MessageSujet: Re: Miklós Rózsa   Ven 24 Oct - 15:03

kfigaro a écrit:

- et pour finir, j'ai remarqué qu'il utilise également très souvent la technique du canon, un thème est d'abord énoncé par un bois, un cuivre ou un violon puis à chaque fois il est repris quasiment à l'identique en canon par les cordes et cuivres graves, à priori c'est courant mais le problème c'est qu'il utilise ce procédé vraiment sans arrêt ce qui rend son écriture assez prévisible !

Oui, le canon, c'est la base de l'écriture et du développement rozsacien. Prévisible, oui parfois, mais pas tellement plus que les procédés mélodiques ou harmoniques utilisés par d'autres compositeurs. Prévisible quand il n'a pas grand chose à dire sur une scène.

Mais dans ce cadre compositionnel a priori très rigide, Rozsa joue justement sur cette prévisibilité et construit tout un jeu entre la "règle" (la reprise en canon peu ou prou à l'identique) et la liberté (les écarts, les raccourcis, les changements de tonalité, les échanges entre pupitres...).

De ce point de vue, on pourrait analyser en détail et mesure par mesure une pièce comme le "Mother's love" de Ben Hur, qui est un pur chef-d'oeuvre et où les canons sont omniprésents sans que la musique soit prévisible. Il y a dans le même temps une extrème souplesse et et une grande force expressive dans cette pièce.
En d'autres termes, Rozsa pose en permanence un schéma pour mieux s'en écarter. On peut même dire que ce jeu est le coeur de sa musique, envisagée sur le plan de la technique de composition et du développement.


Dernière édition par Stéphane le Ven 24 Oct - 15:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Miklós Rózsa   Ven 24 Oct - 15:11

Sans doute mais je reconnais que ce n'est pas du tout ce que je cherche en matière de musique de film. Je sais que tu n'es pas d'accord mais quand j'écoute John Williams, Michel Legrand, etc... je suis immédiatement dans mon élément sur le plan mélodique, harmonique, etc... et je prend mon pied !... Avez Rozsa, je me demande toujours quand est-ce que ça va enfin finir ! Lol à mon avis, ce musicien n'est pas pour moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
dadid



Messages : 52
Date d'inscription : 16/10/2008

MessageSujet: Re: Miklós Rózsa   Ven 24 Oct - 22:13

kfigaro a écrit:
Avez Rozsa, je me demande toujours quand est-ce que ça va enfin finir ! Lol à mon avis, ce musicien n'est pas pour moi...

Ah bin là, oui, c'est indéniable ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Miklós Rózsa   Jeu 11 Déc - 21:11



Une réédition attendue de longue date par les amateurs va sortir fin décembre chez Prometheus, le film est extrêmement kitsch (il faisait partie des 101 nanars de François Forestier) et la musique est de bonne facture (elle comporte des ondes Martenot si mes souvenirs sont bons) mais sans égaler la splendeur du "Voleur de Bagdad" toutefois.

à précommander ici :
http://www.screenarchives.com/title_detail.cfm?ID=10975
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
DelaNuit



Messages : 41
Date d'inscription : 12/09/2008
Age : 47
Localisation : Nantes

MessageSujet: Re: Miklós Rózsa   Dim 25 Jan - 16:57

Ce qui me plairait de voir (ou devrais-je dire entendre !) éditer de Rozsa, c'est son score complet pour le film noir de Robert Siodmak "Les Tueurs" ("The Killers") d'après une nouvelle d'Hemingway, le film qui lança Burt Lancaster et Ava Gardner en 1946.

Parmi les films noirs de l'époque dont la musique a été composée par Rozsa, on trouve souvent des extraits de "Double Indemnity" / "Assurance sur la mort" de Billy Wilder, mais à peine quelques thèmes des Tueurs... alors que le score présente - à mon avis - une succession intéressante de brutalité (liée aux réglements de comptes mafieux), de mélancolie (thème d'amour, rêverie devant les étoiles...) et même l'utilisation d'un pianola très Ragtime lors de la confrontation finale au bar du Green Cat...

Et alors, cerise sur le gâteau, je voudrais le thème d'amour dans sa version chantée (ou devrais-je dire susurrée) par Ava Gardner, en robe fourreau noire, accoudée à un piano, dans la scène qui la glorifia instantanément femme fatale pour le reste de sa carrière : "The more I know of love, the less I know... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Miklós Rózsa   Lun 26 Jan - 11:10

Il existe un bootleg de "The killers" mais la qualité sonore est tellement pourrie que je m'en suis débarrassé pour ma part, sinon le ré-enregistrement par James Sedares reste la meilleur trace disponible à ce jour de cette excellente BO (en plus du thème réenregistré par Rozsa lui-même).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
SUN'JA



Messages : 189
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Miklós Rózsa   Mar 1 Sep - 9:27

je me souviens avoir eu l'occasion d'écouter en partie un cd qui regroupait deux BO de ROZSA.
Je n'ai bien sûr plus les titres des films en tête...toujours cette manie qu'a ma mémoire d'éluder
ce qui m'a laissé un désagréable souvenir...je pense qu'il s'agissait de films policiers ou de
thrillers...A chaque début et fin de presque tous les thèmes que j'ai pu écouter,j'ai eu droit à
la systématique et insupportable charge des cuivres qui m'a mis par-terre d'entrée et je dois bien
reconnaître que j'ai déposé les armes bien avant la fin des cd. Non seulement,je trouvai ces
charges cuivreuses trop systématiques et du coup bien prévisibles,mais aussi ringardisant une
musique qui,de toute façon,ne révélait pas grand chose à côté. Il se peut également que je sois
tombé sur des opus mineurs du maître hongrois.
Ceci-dit,je préfère déjà très largement les textures sonores d'un ALEX NORTH et en ai encore eu
la démonstration hier en réécoutant JOURNEY INTO FEAR. Je trouve que les parties atonales
de cette BO,qu'il s'agisse du premier thème ou du dernier,sont vachement bien écrites,qu'il y a
un bel équilibre entre les différentes familles d'instruments,qu'il n'y a,pour ainsi dire,aucune surcharge,aucune esbrouffe. Souvent...et je ne dis pas ça spécialement pour ROZSA...dans la
musique hollywoodienne,plus aujourd'hui encore qu'hier,j'ai l'impression que l'on emploie de
plus en plus les cuivres dans une formation symphonique,comme cache-misère. Bon,voilà ! j'envoie une bonne sauce cuivrée bien bourrine parce que ça marche à tous les coups,que l'image,(le film),n'en exige pas davantage,le spectateur lambda non plus,puis que de toute façon je ne sais pas quoi faire d'autre. D'accord,mon propos est une caricature. Je schématise,ne me préoccupe pas de toutes les contraintes de cinéma qui amènent (inéluctablement) les faiseurs d'Hollywood à pondre des musiques-accessoire,un processus non-créatif qui pris ses racines au moins dans les années 80,de manière assez incidieuse. (voir une analyse pertinente de
Taboulez) Lorsque je suis amené à entendre certaines des compositions actuelles de type hollywoodien,j'ai l'impression manifeste que ceux qui les ont signées,ont retenu le pire d'un ROZSA ou d'un KORNGOLD,en tout cas pas ce qu'ils auraient dû retenir,à mon avis.

En musique,je préfère de beaucoup l'intensité à la densité,et il y a un certain travers à la peau dure,dans la composition pour le cinéma,notamment populaire et américain,qui consiste à vouloir atteindre un degré d'intensité par la densité. C'est,d'un point-de-vue musical et musico-
filmique,une cuisante erreur tactique. Enfin,c'est mon avis.
Je déteste le travail de TALGORN sur le troisième volet d'Asterix en partie pour ces raisons et aussi pour des raisons plus idéologiques,parce que la BO,en france,doit préserver sa spécificité française,avec ses maladresses et ses réussites et sans oublier d'évoluer,bien sûr,ce qui se fait
très bien avec un compositeur habile et imaginatif comme BRUNO COULAIS,par exemple.
. Je n'aimerais pas assister à une uniformisation de la musique de film dans le monde et l'approche hollywoodienne dans sa forme la plus basique comme langage unique; quelle horreur!!! Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Miklós Rózsa   Mar 1 Sep - 10:26

SUN'JA a écrit:
je me souviens avoir eu l'occasion d'écouter en partie un cd qui regroupait deux BO de ROZSA. Je n'ai bien sûr plus les titres des films en tête...toujours cette manie qu'a ma mémoire d'éluder ce qui m'a laissé un désagréable souvenir...je pense qu'il s'agissait de films policiers ou de thrillers...
Dommage que tu ne te souviennes plus des titres...

est-ce que c'était celui là ? :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
SUN'JA



Messages : 189
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Miklós Rózsa   Mar 1 Sep - 10:39

Honnêtement,je ne sais pas. Je sais juste qu'il s'agissait de deux films sur un même cd et
que l'écoute me fut pénible pour les raisons évoquées plus haut. Je n'aime pas cette spécificité
hollywoodienne de surcharger l'image afin d'obtenir l'intensité recherchée. Je préfère les musiciens
qui saisissent l'image de l'intérieur et qui arrivent à créer une réelle intensité "musico-filmique" avec
souvent une grande économie de moyens. Le résultat obtenu me parait plus probant et,aussi
pour des raisons esthétiques,me plait davantage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Miklós Rózsa   Mar 1 Sep - 10:47

Bon globalement tu penses donc comme moi (en pire même !), à mon avis faut pas que tu insistes avec Rozsa ! Lol mais essaye tout de même des oeuvres plus orientales comme ces disques ci :



extraits ici (quand tu auras le son) :
http://www.filmscoremonthly.com/store/audioFMC/0701.ram
http://www.filmscoremonthly.com/store/audioFMC/0705.ram

j'ai même trouvé une partition :
http://members.cox.net/filmusic/MRSpg2.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
Taboulez



Messages : 310
Date d'inscription : 02/07/2008
Age : 31

MessageSujet: Re: Miklós Rózsa   Mar 1 Sep - 14:32

kfigaro a écrit:

est-ce que c'était celui là ? :
Là, pour le coup, il s'agit vraiment de certaines de ses oeuvres cinématographiques que je préfère (notamment "The Killers" !).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Miklós Rózsa   Mar 1 Sep - 15:01

C'est mon cas aussi ! mais je suis d'accord avec SUN'JA lorsqu'il indique que :

Citation :
Je n'aime pas cette spécificité hollywoodienne de surcharger l'image afin d'obtenir l'intensité recherchée. Je préfère les musiciens qui saisissent l'image de l'intérieur et qui arrivent à créer une réelle intensité "musico-filmique" avec souvent une grande économie de moyens. Le résultat obtenu me parait plus probant et,aussi pour des raisons esthétiques,me plait davantage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
SUN'JA



Messages : 189
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Miklós Rózsa   Mar 1 Sep - 22:43

SPELLBOUND m'est un souvenir lointain de film qu'il me faudrait revoir aujourd'hui avec mon oeil
d'adulte. Quant à la musique de ROZSA, je ne l'ai redécourverte depuis que sous une forme concertante pour piano et orchestre avec thérémin d'un peu moins de douze minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Messages : 1483
Date d'inscription : 30/06/2008
Age : 47

MessageSujet: Re: Miklós Rózsa   Mar 1 Sep - 22:57

SUN'JA a écrit:
SPELLBOUND m'est un souvenir lointain de film qu'il me faudrait revoir aujourd'hui avec mon oeil
d'adulte.
Idem pour moi je te rassure ! Wink j'ai le DVD depuis quelques années (acheté à 2 ou 3 euros je crois !) mais je n'ai jamais trouvé le temps de le revoir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Miklós Rózsa   Aujourd'hui à 5:57

Revenir en haut Aller en bas
 
Miklós Rózsa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum non officiel de la collection “Écoutez le Cinéma” :: Forum en français :: Compositeurs-
Sauter vers: